ou ENREGISTREZ VOUS Nous suivre :
Centre national de ressources et d'information sur l'intelligence économique et stratégique

Le lexique


Analyse stratégique

L’analyse stratégique s’inscrit dans la volonté de comprendre l’environnement, la nature et l’organisation de la compétition. Elle favorise la prise de décisions du dirigeant dans la formulation et la mise en œuvre de la politique générale de son organisation. Elle dépasse le cadre historique de l’analyse concurrentielle qui limite traditionnellement son diagnostic aux compétiteurs.


Asymétrie (conflit)

Un conflit asymétrique traduit un rapport de forces déséquilibrées entre deux ou plusieurs acteurs dont les intentions sont antagonistes. Dans la perspective du faible, le recours aux manœuvres indirectes (ruse, stratagème…) devient une exigence stratégique afin de contrecarrer la puissance du fort. Avec la généralisation des technologies Internet, un nouveau paradigme de l’asymétrie s’est imposé : le faible l’emporte (presque) toujours.


Hypercompétition

«L’hypercompétition» est le mode d’action d’une entreprise dont la stratégie repose sur deux constantes : la création de sphères d’influence provisoires et la destruction des avantages compétitifs adverses. Dans une seconde perspective, elle caractérise également la nature et l’organisation d’une compétition considérée comme très agressive.


Attaque Informationelle

Action délibérée et limitée dans le temps visant à utiliser la connaissance contre un adversaire choisi. C’est un phénomène rumoral visant à nuire intentionnellement à une entité identifiable (personne physique ou morale, marque, technologie, etc.), ou à ses intérêts. L’auteur d’une attaque informationnelle est aussi bien un particulier agissant par colère, vengeance, frustration, ou autre motivation personnelle, que des individus agissant au service d’intérêts concurrents. L’attaque informationnelle peut être menée de manière directe, ou de manière indirecte par l’utilisation d’intermédiaires qui s’approprient la substance cognitive de l’attaque.


Normalisation

"La normalisation a pour objet de fournir des documents de référence comportant des solutions à des problèmes techniques et commerciaux concernant les produits, biens et services qui se posent de façon répétée dans des relations entre partenaires économiques, scientifiques, techniques et sociaux" (extrait du Décret n°84-74 du 26 janvier 1984). La normalisation est un processus de formalisation par lequel on établit un référentiel commun dans le but d’harmoniser des pratiques. Au niveau économique et industriel, elle consiste dans la mise en place de standards réglementant l’activité du secteur.


Echiquiers (système des)

Le système des échiquiers illustre l’évolution de l’environnement stratégique des organisations. Longtemps limité au domaine économique, il s’étend dorénavant aux champs géoéconomiques et sociétaux. Ce système traduit les interactions entre les trois échiquiers, et les interdépendances (consenties ou non) entre les diverses parties prenantes.


Benchmarking

Le benchmarking est un processus continu d’évaluation de nos produits, services et méthodes par rapport à ceux de nos concurrents les plus sérieux ou des entreprises reconnues comme leader ou chef de fil». (David Kearns) Le benchmarking est une évaluation comparative dans le temps et dans l’espace d’indicateurs sélectionnés - stratégie, pratique, organisation, qualité, etc. Il vise à l’amélioration des performances de l’organisation pour favoriser l’innovation.


Knowledge Management

Le Knowledge Management (KM) est une démarche structurée visant à organiser et capitaliser la connaissance dans une organisation. Celle-ci est la combinaison de l’information (collectée, analysée et diffusée) et des savoir faire. Envisagé dans une perspective stratégique, la finalité du KM est de créer de la valeur à partir de la gestion de l’actif immatériel.


Biais Cognitif

Un biais cognitif est une distorsion naturelle dans le processus d’acquisition, de traitement et de diffusion de l’information. Il résulte des facteurs qui influent sur les représentations et les perceptions d’un individus ou d’une communauté : cultures et expériences, héritages socioculturels, apprentissage, sensibilité, etc. Cette déformation est due aux effets de primautés, de halo ou issue de connaissances rétrospectives et de complaisance égocentrique.


Géoéconomie

«L’irruption de ce concept dans les relations internationales marque une rupture fondamentale avec le passé. L’étude des conflictualités s’ouvre brusquement sur des problématiques inédites qui délimitent un champ nouveau de réflexion. Un champ ou la conflictualité « frontale » et classique ne prévaut plus entre pays développés, et où les antagonismes trouvent désormais leur expression à travers l’affrontement économique» (Pascal Lorot). La géoéconomie est l’analyse des stratégies économiques diligentées par les Etats dans le cadre de la défense ou de l’aide au développement de leurs entreprises nationales vis-à-vis du contexte concurrentiel international.


Réseau (stratégie)

Un réseau est un ensemble de personnes dont les relations sont préexistantes et qui décident de collaborer pour servir un objectif commun. Ils se dotent pour cela de ressources de fonctionnement (un local, un statut juridique, des fonds), de règles et d’éléments à échanger. Ces éléments peuvent être de l’information, une aide, de l’influence, ou encore de la notoriété.


ONG

Une organisation non gouvernementale ou ONG est une organisation (souvent une association) d'intérêt public et à but non lucratif qui ne relève ni de l'État ni d'une institution internationale.


Lobbying

Le lobbying désigne l’ensemble des actions destinées à informer, convaincre, faire adhérer un pouvoir décisionnaire à une cause ou une idée. Le terme « lobby » est employé en référence à un groupe structuré en vue de favoriser ou défendre ses intérêts auprès des acteurs (publics ou privés) concernés.


Asymétrie (conflit)

Un conflit asymétrique traduit un rapport de forces déséquilibrées entre deux ou plusieurs acteurs dont les intentions sont antagonistes. Dans la perspective du faible, le recours aux manœuvres indirectes (ruse, stratagème…) devient une exigence stratégique afin de contrecarrer la puissance du fort. Avec la généralisation des technologies Internet, un nouveau paradigme de l’asymétrie s’est imposé : le faible l’emporte (presque) toujours.


Patriotisme économique

Le patriotisme économique induit la mobilisation de l’Etat, des collectivités locales et des entreprises dans le but de développer ou de renforcer la compétitivité de celles-ci dans le contexte actuel de mondialisation et de durcissement des rapports concurrentiels. Le patriotisme économique intègre deux volets, l’un défensif, consistant en la définition de secteurs stratégiques à protéger, l’autre offensif, désignant la capacité à mettre en place des manœuvres d’accompagnement des secteurs identifiés comme stratégiques.


Pensée subversive

La pensée subversive va à l’encontre des idées en place et instaure le doute dans ce qui est acquis. Elle permet de renverser l’ordre des pensées établies dans le but de désorganiser une organisation. Il s’agit plus simplement d’une tactique visant à déstabiliser l’adversaire par un argumentaire critique, ciblé et caractérisé.


PME

Dans les économies post-industrielles, les PME et PMI sont des acteurs incontournables car elles sont notamment les premiers pourvoyeurs d’emplois. Face à l’interdépendance croissante des économies, elles doivent adopter des nouveaux modes de management afin de formuler des politiques qui appréhendent l’intensification de la compétition.


Normalisation

"La normalisation a pour objet de fournir des documents de référence comportant des solutions à des problèmes techniques et commerciaux concernant les produits, biens et services qui se posent de façon répétée dans des relations entre partenaires économiques, scientifiques, techniques et sociaux" (extrait du Décret n°84-74 du 26 janvier 1984). La normalisation est un processus de formalisation par lequel on établit un référentiel commun dans le but d’harmoniser des pratiques. Au niveau économique et industriel, elle consiste dans la mise en place de standards réglementant l’activité du secteur.


Politique publique

Selon le Dictionnaire des politiques publiques publié aux Presses de Science Po, « une politique publique est un phénomène social et politique spécifique, empiriquement fondé et analytiquement construit » c'est-à-dire ni plus ni moins qu’un construit social produit d’une histoire spécifique. C’est la science de l’Etat en action. D’un point de vue plus opérationnel nous reprendrons à notre compte la définition de Yves Meny et Jean Claude Thoenig à savoir qu’ «une politique publique se présente sous la forme d’un programme gouvernemental dans un secteur de la société ou un espace géographique».


ONG

Une organisation non gouvernementale ou ONG est une organisation (souvent une association) d'intérêt public et à but non lucratif qui ne relève ni de l'État ni d'une institution internationale.


1 | 2 | 3 | 4 | 5
Vidéo
Twitter