Analyse

Valéry Giscard d’Estaing prend conscience de la guerre financière des hedge funds contre l’Europe

Le 6 janvier 2012 par Portail de l'IE
© Jacky Naegelen / Reuters

Lors de son passage au Grand Journal de Canal +, le 28 novembre 2011, Valery GISCARD D’ESTAING a émis l’idée selon laquelle la spéculation sauvage sur les dettes souveraines, dont fait l’objet les pays de la zone Euro, serait le fruit des manipulations de certaines banques et organismes financiers américains.

« Vous avez des banques dans le monde et des officines dont le travail est d’organiser la spéculation en Europe. Elles sont américaines en général. Elles ne sont pas Européennes et c’est leur travail. Le matin, on dit quelle monnaie, quelle action ? »

VGE montre là un discours faisant référence à une réalité pourtant habituellement ignorée par les dirigeants politiques, celle de la guerre économique, dont l’un des vecteurs est celui de la finance de marché. Si des banques participent de manière indirectes via leurs placements, se sont surtout certains hedge funds qui provoquent des attaques spéculatives qui servent indirectement les intérêts américains.

Malgré une santé financière globale satisfaisante par rapport à d’autres grands pays occidentaux (par exemple de l’autre côté de l’Atlantique), l’Europe montre des signes de faiblesse politique qui n’inspirent pas confiance aux marchés financiers. Elle devient alors naturellement la cible de ces fonds spéculatifs agressifs.
Contrairement aux fonds de pension classique, les hedge funds se caractérisent par une liberté d’action sur les marchés, sans limitation de classe d’actifs, de marchés et de zones géographiques. Mais, c’est surtout par leur nature que ces fonds se font remarqués, puisque la plupart sont vendus sur une base privée et peuvent se situer en « off-shore ». Ils fonctionnent ainsi en dehors des contraintes prudentielles imposées normalement aux banques et échappent souvent aux contrôles des autorités de régulation bénéficiant d’un manque de réglementation en la matière.

Leur stratégie financière s’appuie sur l’effet de levier, c'est-à-dire un très fort endettement. Avec les montants gigantesques mobilisés, ils peuvent influer rapidement sur le cours d’une action ou d’une obligation par des ventes ou, au contraire, des rachats massifs. Ces fonds ont peu à peu acquis un statut de « leaders des marchés ». Chacun de leurs mouvements, à l’achat comme à la vente, sont observés, puis imités. Une position suffisamment importante pour générer un mouvement du cours qui sera amplifié par ce phénomène de mimétisme.

Cependant, ce constat n’explique pas complétement les attaques spéculatives dirigées contre les dettes souveraines européenne. A cela, il faut ajouter la pratique des ventes à perte et le recours excessif des opérateurs de marché à des instruments de couverture de plus en plus sophistiqués (comme les CDS, credit default swap, par exemple, dont on a beaucoup entendu parler pendant la crise de la Grèce).

Concernant la vente à perte, un opérateur de marché peut emprunter des actions à un tiers. Après avoir vendu ces actions, il attendra une dépréciation du cours pour les racheter et rendre ces actions à son propriétaire. Cette opération lui aura permis d’encaisser comme plus-value la différence de cours entre la vente et l’achat.
Concernant les options, lorsqu’un opérateur prend une position sur une action, il compte sur une appréciation du cours de l’action avant de la revendre, afin de toucher une plus-value. Cependant, afin de se couvrir contre le risque de voir le cours de son action se déprécier, il peut souscrire une option qui, en cas de perte, lui garantira un certain cours au-dessus du cours réel (ce qui lui permettra de ne pas perdre autant que s’il vendait son action au cours réel du marché). C’est ce que l’on appelle un produit sous-jacent. Cependant, si le cours se déprécie, le vendeur de l’option aura tendance à vendre son produit lorsque le cours réel de l’action se rapprochera sensiblement du cours d’exercice de l’option. En effet, si le cours de l’action devient supérieur au cours d’exercice, alors le vendeur sera obligé de compenser lui-même la différence au profit du souscripteur de l’option.

Avec une asymétrie d’information des opérateurs, ces deux techniques sont de nature à amplifier les mouvements de baisse des cours, surtout lorsque ces mouvements sont initiés par des hedge funds.
Les marchés financiers ressemblent donc à de gigantesques jeux de dupes. Le recours massif à ces techniques de trading démontre que les fonds hautement spéculatifs ont un intérêt à jouer la baisse de l’Europe. Les Etats-Unis quant-à-eux, face à une Europe dont le PIB reste le plus élevé du monde, peuvent voir un avantage à la déstabilisation de la zone Euro. S’attaquer à ses maillons faibles détourne son attention des marchés extérieurs, génère des tensions en son sein et l’empêche de se structurer, au niveau industriel notamment.

Amel Hammoum, Pierre-Yves Amiot et Sylvain Boivin

Événements


Plus d'événements

Partenaires