Analyse

La crise libyenne au prisme de la réalité tribale (1/2)

Le 29 décembre 2017 par Nicolas Quintin

« Il y a des passés qui n’en finissent pas de passer » dénonçait Max Mathiasin (député apparenté au MoDem), le 21 novembre 2017 à l’Assemblé Nationale, en faisant référence à l’esclavage en cours en Libye. La déclaration de ce descendant d’esclave se veut déclencheur d’une prise de conscience à propos de la situation humanitaire en Libye et de l’avenir de ce pays brisé.

 

Le conflit libyen est un parangon de complexité géopolitique où la communauté internationale se déchire autour des figures médiatiques de l’Ouest et de l’Est du pays : entre Fayez al-Sarraj, le Premier Ministre du Gouvernement d’Entente Nationale (GEN), et le Maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée Nationale Libyenne (ANL). Le 25 juillet 2017, Emmanuel Macron avait convié ces deux protagonistes à la Celle-Saint-Cloud dans l’espoir de trouver une issue favorable à la crise en réaffirmant les accords de Skhirat de 2015. Or, quatre mois plus tard, on n’observe aucune avancée significative à l’horizon : la Libye demeure le théâtre de l’esclavage moderne.

A ce titre, la complexité libyenne ne se limite pas à la dualité des chefs de file Sarraj et Haftar. En effet, elle met aux prises des leaders politiques et militaires, des terroristes de l’Etat Islamique en Libye (EIL) et des figures salafistes, des villes puissantes comme Zintan et Misrata, des réseaux criminels transnationaux et des tribus. Parmi cette myriade d’acteurs, la tribu occupe une place prépondérante dans le tissu social libyen. Cette instance sociale est souvent perçue comme un élément exotique, fantasmée par l’œil occidental. Ainsi, pour écarter ce travers, il est nécessaire de rappeler que la clé de la crise libyenne n’est pas exclusivement dans la compréhension de la dimension tribale du pays. Néanmoins, ignorer cette base sociale fondamentale, c’est manquer une partie de la complexité de la question libyenne.

En effet, en Libye, environ 90 % du total de la population relève de ces groupes sociaux. Cette majorité est répartie au sein d’une centaine de tribus différentes dont seule une trentaine possède un poids social et politique significatif. Outre l’importance démographique de la tribu, il convient de préciser que le système mis en place par le colonel Kadhafi a réifié l’identité tribale en réalité sociale, à partir de laquelle les Libyens se réfèrent dans leur rapport au monde. Cette double dynamique détermine l’instance tribale comme un élément non-négligeable de compréhension de la complexité évoquée.

 

Le cœur économique de la Libye en terre tribale, chronique d’une énième guerre du pétrole

 

Avec un stock avoisinant les 41,5 milliards de barils, la Libye est le pays africain qui possède les plus grandes réserves de pétrole. Ce capital énergétique colossal est extrêmement concentré, puisque 80% des réserves de pétrole et 70% des réserves de gaz sont réunies dans le bassin de Syrte, à cheval sur l’Est de la Tripolitaine et le Nord-Ouest de la Cyrénaïque. Cette réalité géographique fait de cette région, appelée « croissant pétrolier libyen », un enjeu stratégique pour les belligérants qui souhaitent présider aux destinées du pays.

La région est donc le théâtre d’affrontements répétés depuis 2011. Géographiquement, le bassin coïncide avec le territoire de tribus puissantes de Cyrénaïque comme Magharba et Awaqir. Jusqu’à il y a peu, les tribus avaient trouvé dans la personne d’Ibrahim Jadhran de la tribu Magharba, un défenseur apprécié des réserves et des installations pétrolières sur leur territoire. Or, en 2013, une instabilité s’installe dans la région.

 

Ibrahim Jadhran, l’ancien chef de la milice responsable de la garde des installations pétrolières, défia le gouvernement intérimaire de Tripoli, en juillet 2013. Il l’accusait de corruption et d’une mauvaise répartition des ressources de la région. Grâce à ses capacités matérielles et humaines considérables ainsi qu’à la confiance des populations tribales, le rapport de force a tourné en faveur du chef tribal. Jadhran disposait en effet de 10 000 hommes pour bloquer les installations pétrolières et de gaz de Ras Lanouf, Brega, al-Sider et Zuitena et était soutenu notamment par les tribus Magharba et Awaqir.

L’importance de la tribu dans l’équation libyenne est ici révélée puisqu’un seul chef tribal contrôlait alors près de 80% des réserves de pétrole de la première puissance énergétique d’Afrique. Jadhran n’a pour autant pas pu rivaliser avec l’homme fort de l’Est du pays, le Maréchal Khalifa Haftar. Ce dernier, déjà soutenu par les membres de la tribu Zouaï, venue de Koufra, et celle d’Obeidat, venue des régions de Tobrouk, Dernaa et Al-Baïda, a conclu des alliances avec les tribus qui soutenaient Jadhran pour le renverser en 2016.

Jadhran, sentant la convoitise du Maréchal et donc de l’Armée Nationale Libyenne s’amplifier, s’était rapproché du Gouvernement d’Entente Nationale. Pourtant, ce rapprochement n’a pas empêché l’opération « surprise foudroyante » de réussir, le 11 septembre. Le soutien de Sarraj, le Premier Ministre du GEN, à Jadhran n’a été d’aucun secours face à la force d’Haftar et au soutien des tribus du bassin.

Néanmoins, la donne a encore changé le 3 mars 2017, lorsque Haftar a perdu le croissant pétrolier conséquemment aux attaques des Brigades de Défense de Benghazi (BDB). Ces brigades islamistes étaient parvenues à s’infiltrer dans les tribus, fragilisant l’allégeance à Haftar. Le 14 mars, le chef de l’ANL est parvenu à reprendre le bassin aux islamistes.

 

Cet enchaînement de tensions et de conflits autour du croissant pétrolier de Syrte apporte deux enseignements à propos de l’importance des tribus pour l’avenir économique du pays. Le premier est que le contrôle du bassin et donc de l’économie du pays ne s’est fait, depuis la chute de Kadhafi, qu’avec le soutien des tribus de la région. Le second enseignement est que les tribus sont extrêmement versatiles. Le rapport de force autour du bassin est donc à la fois militaire et économique puisque les tribus fonctionnent suivant une logique de mercenariat – donnant le contrôle de la région au plus offrant.

L’avenir de la Libye semble donc reposer, en partie, sur une guerre économique interne dont l’enjeu est le financement du réseau tribal pour le contrôle des lieux stratégiques du pays.

 

Nicolas Quintin