Analyse

Intelligence Artificielle et Intelligence Economique : un avenir conjoint ?

Le 26 mars 2018 par Charlène GREL
Charlène GREL

Il existe deux manières d’aborder le lien entre Intelligence Artificielle (IA) et Intelligence Economique (IE). La première consiste en une analyse des applications potentielles et des apports de l’IA mise au service de l’IE. La seconde s’apparente à l’utilisation de l’IA comme atout de puissance dans un jeu de guerre économique.

Cependant, avant d’aller plus loin, il est important de mieux définir ce qu’est l’IA.

L’Intelligence Artificielle (IA), d’où vient-elle ?

Intimement liée au Big Data, l’Intelligence Artificielle envahit aujourd’hui nos vies. Cette discipline souvent associée aux sciences cognitives réunit un ensemble de concepts dont le but est de développer l’intelligence des machines. Elle s’appuie sur l’informatique, la neurobiologie computationnelle (réseaux neuronaux artificiels) et les logiques mathématiques. L’Intelligence Artificielle a beaucoup évolué depuis les travaux précurseurs d’Alan Turing et de John McCarthy dans les années 1950.

Initialement utilisée pour traiter les données issues de la chaîne de valeur d’entreprises de l’industrie, l’IA a ensuite émergé médiatiquement de manière fulgurante avec l’arrivée du Big Data. Cette démocratisation à grande échelle a été déclenchée par les flux de données liées à Internet et à l’apparition des réseaux sociaux.

L’IA a d’abord été utilisée dans l’analyse des besoins des consommateurs. Puis l’arrivée de l’apprentissage renforcé, ou reinforcement learning a permis de repousser davantage ses limites. Cette science permet à la machine d’apprendre par elle-même. Mise au centre d’un environnement comportant des contraintes et un objectif, la machine doit s’adapter et apprendre au fur et à mesure de ses erreurs pour développer in fine un algorithme parfait, lui permettant de réaliser ledit objectif.

C’est ainsi qu’en 2015, AlphaGo, l’IA de Google DeepMind, a pu battre le meilleur joueur au monde de Go. L’américain a été l’un des pionniers dans l’utilisation de l’IA en utilisant notamment la reconnaissance d’images, de sons et de comportements, usage qui a mené au développement de la capacité prédictive de la machine pour ainsi redessiner les contours des modèles économiques des entreprises.

Ces différentes compétences sont autant d’applications concrètes de l’IA au service de l’IE.

L’IA, un outil puissant pour les experts de l’Intelligence Economique

L’IA, par sa capacité à traiter des données de masse en un temps record, peut être l’un des futurs outils privilégiés du veilleur, de l’analyste, du communicant d’influence ou encore du spécialiste de la Business Intelligence (BI).

Qu’il s’agisse de l’analyse des données issues des réseaux sociaux ou du web, l’IA est en capacité de fournir une aide importante à tous les métiers de l’IE notamment en facilitant les tâches chronophages. Pour le veilleur, elle peut analyser la tonalité d’un contenu (positif, neutre ou négatif), transformer sous forme lisible et exploitable les données non-structurées (traduction automatique, recherche et analyse sémantique…).

Les spécialistes de la Business Intelligence peuvent eux aussi profiter des capacités d’analyse en temps réel et de l’aptitude prédictive de l’IA pour une prise de décision facilitée. En plus de traiter des informations en temps réel, la datavisualisation – discipline permettant par sa visualisation une compréhension et un traitement optimaux de l’information issue du Big Data –, pourra demain être capable de répondre à la question d’un analyste. Celui-ci pourra ainsi demander à son IA de lui indiquer, par exemple, quels sont les profits de son entreprise sur une période donnée. L’IA lui répondra alors, en lui montrant le schéma correspondant, après l’avoir elle-même créée grâce aux données collectées.

Dans le domaine de l’influence et de la communication, grâce à son analyse approfondie des réseaux sociaux, l’IA peut créer des contenus et automatiser leur publication.

Enfin, l’analyse prédictive peut permettre au veilleur comme au chargé de communication d’influence, de mieux cibler des personnes ou entreprises à suivre.

L’IA est capable de prédire quels acteurs ou sources d’informations sont les plus susceptibles de donner des informations pertinentes ou d’être des atouts pour mener à bien une campagne de communication d’influence.

Cependant, l’un des enjeux principaux de l’Intelligence Economique est de pouvoir disposer d’un avantage stratégique, d’une donnée particulière pouvant mener à une prise de décision optimale pour l’entreprise ou l’organisation qui l’utilise. A ce titre, l’Intelligence Artificielle est un en train de devenir un élément-clé dans l’analyse de ces informations stratégiques.

L’IA au centre d’une guerre économique

Récemment, le gouvernement français a abordé la question du renforcement du décret Montebourg visant à protéger les secteurs stratégiques français. Son intention est d’étendre ce décret à deux nouveaux domaines : la protection des données personnelles et l’Intelligence Artificielle. Il s’agit d’un élément supplémentaire attestant du poids de l’IA.

Une récente étude de l’Institut des Sciences de l’Information (ISI) de l’Université de Californie du Sud a analysé l’impact des trolls (comptes malveillants créés pour manipuler l’opinion) et des bots (comptes automatisés) sur la dernière campagne électorale étasunienne. Celle-ci nous rappelle que les médias sociaux jouent, depuis quelques années, un rôle crucial dans le domaine politique. L’élection de Donald Trump en est un parfait exemple. L’arrivée des fake news a particulièrement exacerbé l’influence que les médias sociaux ont sur les populations.

Même dans les plus hautes sphères de l’Etat français, le risque n’est pas pris à la légère. En ce début d’année, Emmanuel Macron a d’ailleurs confirmé l’arrivée d’un texte de loi destiné à enrayer les fake news en période électorale.

Cependant, il ne s’agit pas seulement de contrecarrer des tentatives de manipulation, il s’agit également de garder une capacité d’autonomie dans une économie mondialisée dominée par les géants chinois et étasunien.

Dans une interview rendue publique il y a quelques mois, Vladimir Poutine donnait son avis sur l’avenir de l’Intelligence Artificielle. Selon lui, « quiconque deviendra leader dans ce domaine, dominera le monde ». Une récente étude publiée par CBInsight, spécialiste de l’analyse massive de données et notamment partenaire de Cisco et Microsoft, montre que la guerre économique fait rage entre certains pays qui voient l’IA comme un levier de croissance économique et de pouvoir. L’IA change nos économies, de l’agriculture à la cybersécurité en passant par le domaine de la santé. Elle représente donc des capacités accrues de croissance.

L’étude CBInsight montre également que la Chine a, pour la première fois, dépassé les Etats-Unis en termes d’investissements dans le secteur de l’IA pour l’année 2017. Le gouvernement chinois a, en effet, publié en juillet 2017 son « Plan de développement pour une Intelligence Artificielle Nouvelle Génération ». Ce plan dont les objectifs sont répartis sur trois périodes (2020, 2025 et 2030) a pour but de « créer un nouvel avantage compétitif, ouvrir le développement de nouveaux espaces et protéger efficacement la sécurité nationale ». La course aux meilleurs experts est également au centre d’une bataille entre les Etats-Unis et la Chine. Les grandes entreprises chinoises proposent aujourd’hui des salaires au moins aussi élevés que leurs concurrents étasuniens.

Le rôle crucial de l’IE dans les guerres économiques pour l’IA

Une double analyse mêlant IE et IA pourrait être l’une des solutions à l’apparition grandissante des risques liés à l’utilisation de l’IA. Tout d’abord, en ce qui concerne les tentatives de manipulation de l’opinion par des pays-tiers. Une étude approfondie des comptes twitter et de leurs connexions ainsi que l’utilisation des capacités de l’IA à prédire les comportements sont autant de pistes à utiliser dans l’identification des acteurs d’une campagne de manipulation.

L’IE peut également permettre, par des études approfondies sur le domaine de l’IA, d’exposer les acteurs en présence et leur rôle dans le jeu économique mondial. Elle est aussi une solution dans le cadre de campagnes de lobbying pour la préservation des intérêts nationaux.

Enfin, il est primordial pour les entreprises françaises de connaître les dangers liés aux cyber-attaques, aux tentatives de manipulation sur les réseaux sociaux et à toutes formes de guerre économique les guettant. Cela passe notamment par une meilleure analyse de leur environnement, et ce, au niveau sociétal, économique ou politique. L’IE peut donc être la reine permettant de se préserver d’une forme de toute-puissance dont l’IA est le pion central.

 

Charlène GREL (Club Big Data)