Analyse

Les drones civils au cœur de l’ouragan perpétuel de destruction créatrice

Le 12 septembre 2018 par Nicolas Quintin

Se faire livrer un repas au dernier étage de son immeuble sans en descendre, aller au travail par les airs, prendre soin des cultures et des troupeaux sans efforts, inspecter des immeubles en quelques minutes, gérer les trafics maritimes, routiers et aériens, détecter instantanément les départs de feux de forêts,... tout cela sera bientôt possible grâce à l’arrivée à maturité du marché des drones civils.

Comme avec toutes les innovations disruptives, la dissémination de la solution drone dans l’ensemble des secteurs d’activité entraînera un bouleversement non-négligeable au niveau social et économique. Tous les capitaines d’industrie sont conscients de l’importance de cet enjeu à venir et se lancent à corps-perdu dans la bataille pour le leadership du marché. Cette bataille met non-seulement en jeu l’avenir de l’industrie et des services au niveau mondial mais tend également à redessiner profondément notre culture de consommation et production. L’entreprise qui dirigera le marché des drones civils imposera sans effort un produit culturellement structurant, mais plus encore, une vision du monde.

La croissance fulgurante d’une solution hautement disruptive 

En 2017, le marché des drones civils était évalué à 6 milliards de dollars par BPI France, qui reprenait le travail du cabinet Gartner. A titre de comparaison, cela représente la moitié du marché de l’IA et ses 12,5 milliards de dollars, selon l’International Data Corporation. La particularité de ce marché réside dans ce qu’il entre dans sa dernière phase de néguentropie. En substance, le marché est soumis à l’entropie naturelle, provoquée par la profonde rupture qu’entraîne cette innovation, et tend à devenir une structure structurée à vocation structurante dans sa phase de néguentropie. A l’issue de celle-ci, la solution drone changera radicalement tous les secteurs d’activités. Jusqu’à récemment, les drones civils étaient simplement associés à une utilisation par des particuliers souhaitant faire des photos aériennes. Or, la monté en complexité de l’outil et l’éventail de solutions naissantes ouvrent de nouveaux horizons pour le monde professionnel. Cette tendance entraîne une croissance exponentielle de la valeur du marché qui, selon les estimations, devrait croître de 46,4% dans les trois prochaines années pour atteindre 11,2 milliards de dollars en 2020. Cette fulgurance n’est pas sans conséquences.

Outre cette croissance et cette expansion dans le monde professionnel, la solution drone tend à bouleverser les pratiques dans l’ensemble des secteurs de l’industrie et des services. La dynamique de disruption qu’entraîne la solution drone a été estimée, en 2015 par PwC, à 127,4 milliards de dollars. Cette somme colossale correspond à la valeur des entreprises et de la main-d’œuvre de chaque industrie pouvant être remplacées par des solutions alimentées par des drones avec une implémentation mature à horizon 2020.

 

La Chine sur le point de gagner la guerre des drones

Le marché des drones civils sera donc d’autant plus important qu’il s’apprête à bouleverser le monde professionnel. En 2016, les drones professionnels représentaient un marché de 300 millions de dollars, soit environ 5% du marché total. En 2020-2021, le cabinet Oliver Wyman estime que la valeur de cette application sera de 6 milliards de dollars, soit presque 50% du marché. Cette nouvelle dynamique renforce l’intensité concurrentielle sur un marché ou la guerre pour le leadership fait déjà rage.

S’il est difficile d’estimer quels seront les leaders de demain sur le marché, une chose est certaine : ils seront chinois. Une entreprise en particulier se démarque, marchant dans les pas de géants comme Huawai ou Xiaomi : Da-Jiang Innovation (DJI). Da-Jiang Innovation, qui signifie « par-delà la frontière », est une entreprise basée à Shenzhen et créée en 2006 par Wang Tao. Elle contrôle d’ores et déjà le marché à hauteur de 70% et affiche son nouveau segment cible pour cette année, qu’elle contrôle également à 70%, le secteur agricole. Pour ce faire, DJI emploie une technique vieille comme la guerre capitaliste : attaquer sur les prix. Cette année, le prix des drones DJI dévolus au secteur agricole a ainsi chuté de 12%, ce qui asphyxie la concurrence.

En 2016 déjà, le leader français Parrot prenait du plomb dans l’aile. Incapable de dégager des marges sur le marché, il accusait sur les trois premiers trimestres de l’année une perte de 100 millions d’euros et devait se séparer de 30% des effectifs de sa branche drone. Au début de l’année, c’est l’entreprise GoPro qui plie sous la pression chinoise. Elle annonce son retrait pure et simple du marché, après la chute vertigineuse de son chiffre d’affaire de 37%, alors-même que son quadricoptère Karma fête ses deux ans. Les exemples sont encore légions et symptomatiques de la violente guerre économique qui s’exerce sur le marché. Or cette violence tend à se transposer sur les applications professionnelles avec la politique de baisse des prix menée par DJI. Cela ne laisse que peu de chances aux concurrents.

 

Une innovation au cœur de l’ouragan perpétuel de destruction créatrice

Pourquoi ce marché est-il sujet à une telle intensité concurrentielle ? La réponse est simple. La solution drone, tout comme l’Intelligence Artificielle, fait partie d’une typologie particulière d’innovation. Il s’agit d’une innovation de rupture génératrice d’innombrables grappes d’innovation qui nourrissent l’élan capitaliste dans la droite ligne de la pensée schumpétérienne. L’ouragan perpétuel de destruction créatrice, moteur du capitalisme, que décrivait J. A. Schumpeter dans  « Capitalism, Socialism and Democracy » (1942), trouve son élan dans les innovations de rupture. La solution drone avec son haut niveau de disruption, comme l’a démontré le cabinet PwC, tend à modifier profondément les modes de consommation et de production. A cet égard, il représente un enjeu fondamental pour les géants de l’industrie puisqu’il redessine d’ores et déjà le capitalisme de demain.

Dès lors, la guerre commence. Celui qui contrôlera le marché imposera non seulement ses produits mais également sa vision de la consommation et sa culture d’entreprise. Cet élan est déjà en marche et les concurrents se multiplient pour bâtir le monde de demain. En Espagne, Ausman et son drone Auxdron Lifeguard démontre sa capacité à secourir des nageurs en pleine mer. En République Tchèque, AirMap implémente son système de gestion aérienne grâce à l’AirMap UTM Dashboard. A Abu Dhabi, on inspecte déjà les chantiers avec des drones. Enfin, grâce à la solution de Wings for Aid, les livraisons humanitaires se feront bientôt grâce à des drones cargos…

Ainsi, de l’issue de la guerre des drones civils dépendra le monde de demain.

 

Nicolas Quintin