Analyse

[CONVERSATION] Retour d'expérience sur le Risk Day, entretien avec Yasmine Douadi

Le 20 mai 2021 par Le Portail de l'IE

Le mardi 4 mai 2021 s’est déroulée la première émission du Risk Day à l'École de Guerre Économique, à cette occasion le Portail de l’IE a voulu interviewer Yasmine Douadi responsable du Club Risques de l’AEGE et organisatrice de l’événement. Cette première édition consacrée à la gouvernance des risques fut gérée en partenariat avec RiskIntel tout en étant pensée comme une étape du World Protection Forum. Cette initiative a pour but de mettre en valeur la culture du risque en entreprise.

Portail de l’IE : Bonjour Yasmine, nous allons commencer par vous demander pourquoi selon vous il a été nécessaire de créer un événement comme celui du Risk Day ? Et pourquoi selon vous cela n’a pas été fait avant par d’autres organismes dédiés ?

Yasmine Douadi : L’objectif du Risk Day est d’une part de sensibiliser à la culture de la gestion des risques, et d’autre part de démontrer que le risque est par nature pluriel et transversal, et nécessite donc une approche holistique et pluridisciplinaire. Il existe des évènements dédiés qui abordent le risque sous un angle défini, mais il me semblait important de rassembler des praticiens aux parcours différents.

 

PIE : L’édition s’est découpée en deux pôles : d’un côté les conférences et de l’autre les ateliers. Est ce important pour vous d’allier le côté théorique du risque à son côté pratique ? 

Y.D : En effet, comme pour tout il est essentiel de lier la théorie et la pratique. En outre, j’ai souhaité que les participants puissent tirer du Risk Day des informations d’une part, et des savoirs-faire d’autre part. Ces ateliers ont aussi permis de montrer que quel que soit le risque identifié, il existe des passerelles et transversales dans les méthodes de prévision et gestion de la menace.

 

PIE : Diriez-vous que l’actualité est assez riche en termes de risque et votre événement participera-t-elle à une démocratisation de la thématique risque en France ? 

Y.D : J’espère en effet que le Risk Day apportera son humble contribution à la sensibilisation à la culture du risque en France. L’actualité est en outre riche en évènements, qu’il s’agisse de l’incendie des serveurs d’OVH Cloud, des cyberattaques qui se sont démultipliées à la faveur du confinement ou encore des risques terroristes. Il est nécessaire que les dirigeants, salariés et le grand public soient formés à cette thématique. La vie économique n’est pas un long fleuve tranquille.
 

PIE : Selon vous, la crise de la Covid-19 a-t-elle permis un changement de regard des entreprises sur la question du risque ? 

Y.D : Les entreprises ont été mises face à deux risques principaux : l’un visible tout de suite qui est la perte d’exploitation liée aux mesures gouvernementales et la nécessité de mettre en œuvre un plan de continuité de l’activité (PCA), et l’autre qui est la recrudescence des cyberattaques à laquelle beaucoup n’étaient pas préparées.

Les enseignements sont donc de deux ordres.

D’abord une crise globale nouvelle peut surgir à n’importe quel instant de source inattendue. En effet, beaucoup d’observateurs prédisaient avant la crise sanitaire une crise économique majeure, et plus particulièrement une crise boursière. Or une crise sanitaire a eu lieu et la bourse, loin d’être affectée, en a largement profité.

Ensuite, une crise peut en cacher une autre, comme le démontre la multiplication des cyberattaques à la faveur de la crise sanitaire. Il y a donc urgence à décloisonner la vision du risque et à avoir une approche holistique.

 

PIE : Quels sont les projets pour la suite ? Une deuxième édition ? 

Y.D : Le Risk Day de cette année a été un succès avec près de 1200 participants. Cet évènement a pour vocation d’être une belle histoire, une rencontre annuelle qui permettra à l’ensemble des professionnels de venir échanger sur les risques de leur secteur d’activité ou de leur entreprise. Nous avons travaillé avec le Club Risques sur cette édition et vous donnons rendez-vous pour le Risk Day 2022. J’en profite pour remercier l’ensemble des élèves, et notamment ceux du Club Risques, du CPAE de l’AEGE et des membres du World Protection Forum, sans qui rien n’aurait été possible. Ils sont la preuve que nous avons aujourd'hui des jeunes motivés et prêts à soutenir des actions de sensibilisation à la culture du risque. Bravo à cette belle équipe  ! 

 

Le Portail de l’IE

 

Pour aller plus loin :