Géoéconomie

Définition

«L’irruption de ce concept dans les relations internationales marque une rupture fondamentale avec le passé. L’étude des conflictualités s’ouvre brusquement sur des problématiques inédites qui délimitent un champ nouveau de réflexion. Un champ ou la conflictualité « frontale » et classique ne prévaut plus entre pays développés, et où les antagonismes trouvent désormais leur expression à travers l’affrontement économique» (Pascal Lorot). La géoéconomie est l’analyse des stratégies économiques diligentées par les Etats dans le cadre de la défense ou de l’aide au développement de leurs entreprises nationales vis-à-vis du contexte concurrentiel international.

Enjeux

La fin de la Seconde Guerre mondiale puis celle de la Guerre Froide, ont marqué la fin de conflits militaires classiques entre pays développés. Les affrontements entre Etats se sont ainsi déplacés vers la sphère économique, cette mutation affectant non seulement la compétition entre pays industrialisés mais également, du fait de la Mondialisation, entre pays développés et pays en voie de développement. L’étude et l’analyse de ces affrontements caractéristiques de la Guerre Economique constituent le fondement de la Géoéconomie. Si la Géoéconomie concerne à l’évidence les multinationales et les grandes entreprises exportatrices, il serait faux de considérer que les PME soient exclues de son champ. Tout d’abord, les PME sont elles aussi de plus en plus exportatrices. Ensuite, elles peuvent être riches d’innovations technologiques, voire leaders sur des marchés de niche qui s’avèrent stratégiques. Il en va de même des sociétés réalisant leur activité sur le seul territoire national qui peuvent être la cible d’investisseurs internationaux comme de multinationales décidées à renforcer leur couverture mondiale par une croissance externe.

Perspectives

Le fait que la Géoéconomie s’appuie sur une politique publique n’implique pas un rôle exclusif de l’Etat dans la définition de la stratégie qui en découle. Selon le cas, on pourra constater :
• Une connivence entre administration et entreprises (rôle de l’Advocacy Center aux Etats-Unis dans le noyautage des principaux appels d’offres internationaux),
• Une impulsion étatique à la base (politique de développement de pôle de compétitivité en France),
• Une instrumentalisation des autorités par des groupes puissants (rumeurs d’OPA fictives),
• Voire un divorce sur les objectifs (directive Bokelstein sur l’ouverture du marché européen des services).

Partenaires