Infodominance

Définition

L’infodominance est un néologisme issu de la contraction des termes information et domination. Il s’agit d’atteindre un degré de supériorité afin de disposer d’une suprématie stratégique sur ses concurrents. Pour accéder à cet objectif, il faut développer une capacité de récolte, d’analyse, de production et de diffusion de l’information d’une part, et empêcher son adversaire de faire la même chose d’autre part. L’indominance repose donc sur un double socle : offensif et défensif.

Enjeux

L’émergence de nouvelles formes de la connaissance et de nouvelles formes de distribution transforme non seulement la manière dont nous utilisons l'information, mais la société elle-même. Ces nouvelles normes engendrent par conséquent une nouvelle forme de pouvoir et une nouvelle domination. Michel Crozier  nous explique que les individus sont face à des situations d’incertitude dont la détention de connaissance permet d’agir pour en sortir, et d’affirmer ensuite, que toute information peut se transformer en un pouvoir. Par conséquent, une nouvelle classe pourrait s‘ériger avec cette nouvelle connaissance et la distribuer de façon à monopoliser le pouvoir, modifiant en profondeur les règles du jeu entre les nations et les peuples. Fort de ce constat stratégique, des politologues américains ont conceptualisé une acception géopolitique de l’information en l’inscrivant dans le champ des intérêts de puissance des nations. L’information devient une nouvelle forme de contrainte, de pouvoir. Il constitue ainsi un nouveau moyen de domination, de suprématie. A «l’ère de la technétronique», Zbigniew Brzezinski aspire à une diplomatie des réseaux . Il rejette l’harmonie du village global cher à Marshall Mac Luhan et met en évidence l’interdépendance des acteurs nationaux. Dès lors, il devient nécessaire de maîtriser et/ou d’influencer les carrefours stratégiques des réseaux. Pour asseoir sa domination, pour développer sa puissance, il est impératif de contrôler, sinon les flux d’informations ou le contenu, les «tuyaux» ou «le contenant». Selon Philippe Baumard, le corps doctrinaire anglo-saxon sur la domination informationnelle repose «sur un principe continu de contrôle instantané des sources électroniques et humaines sous-jacentes aux systèmes de décision» . Il apparaît cependant que la réalisation d’un tel dessein semble voué à l’échec dû à l’impossibilité de contrôler l’infrastructure globale d’information. Philippe Baumard note par ailleurs que la quantité d’information dont dispose une organisation n’est pas une condition suffisante pour assurer sa domination informationnelle.

Partenaires