Revue de presse du 09 Janvier 2017

Le 9 janvier 2017

En ce début de semaine, le Portail de l'IE passe une nouvelle fois au crible de l'intelligence économique les sujets qui ont fait l'actualité de la semaine passée.


Assistons-nous à la mort programmée du célèbre moteur de recherche du « côté obscur » de la Toile ? Il semblerait en tout cas que le FBI ait utilisé une faille jusqu’alors « publiquement inconnue » afin de piéger les internautes indélicats qui se livrent à des activités illicites en surfant anonymement sur Tor.

Cette faille a été publiquement présentée par une équipe de six chercheurs en cyberdéfense lors du Chaos Communication Congress qui s’est tenu à Hambourg (Allemagne) fin décembre 2016. La méthode repose sur un procédé technologique nommé uXDT (Ultrasonic cross-device tracking) permettant le traçage des ultrasons contenus dans les messages publicitaires diffusés sur les différents canaux habituels : en insérant ces ultrasons dans le code source des pages web référencées sur Tor, ainsi qu’en regroupant les liens des internautes avec l’ensemble de leurs terminaux, il serait alors possible d’inciter ceux-ci à consulter une page web contenant des publicités qui émettra des ultrasons…permettant ainsi de recouper l’adresse IP des contrevenants !

Vasilios Mavroudis, l’un des six experts précédemment cités, promet non seulement la désanonymisation des utilisateurs de Tor afin de combattre la cybercriminalité, mais sous-entend que les géants du Web (GAFA) pourront exploiter ce nouveau débouché en vue de proposer des services toujours plus innovants, et potentiellement attractifs à l’avenir, qui répondront de la technologie uXDT.


L’intelligence artificielle connait des avancées techniques considérables et peut être utilisée dans des domaines variés. Si elle effraie (article FranceInfo), elle peut néanmoins se révéler utile en matière de sécurité, combinée avec une intelligence humaine.

Récemment, à Nice, pendant l’Euro 2016, l’IA a été utilisée pour réaliser une reconnaissance faciale des individus sur des caméras de surveillance dans les « fans zones ». Désormais on assiste à une utilisation dans des domaines variés et cette fois, l’intelligence artificielle permet d’adapter le discours de vente... à la tête du client ! Ainsi, en rentrant dans un fast-food, c’est une proposition affutée et « sur-mesure » de menus en fonction de l’âge ou du sexe. Au risque de se tromper car « l’habit ne fait pas le moine ». 


« Acte de malveillance, piratage de données, utilisation abusive de droits… La cyber-sécurité est une chaîne et sa solidité dépend de l’implication conjointe du service juridique, de la DSI et de la DRH selon Jean-François Faye, directeur industriel chez Verlingue. »

Nous vous redirigeons aujourd'hui vers l'interview d'un professionnel de l'assurance, publiée par Les Echos Business. Considérée comme un domaine obscur, parfois délaissée voire dévalorisée, la Direction des Systèmes d'Information est en réalité le système immunitaire de l'entreprise. Soit une des composantes fondamentales de l'organisation. Généralement considérée dans son aspect uniquement technique, Jean-François Faye nous rappelle qu'un système d'information se pense en deux dimensions : technique et humaine. Devraient donc s'y rencontrer les départements techniques, juridiques, de ressources humaines voire même financiers, en compagnie bien évidemment de la direction stratégique. Cela afin de mettre en place un réel système de protection et de réaction, notamment vis à vis des brèches humaines, qui sont de loin les plus répandues. Vers une nécessaire redéfinition des organigrammes d'entreprise au profit d'un département Sécurité unifié et financé ?

 

Dans le même esprit mais concernant les fonctions d'influence d'une organisation, notre compte rendu d'une des conférences d'Influence Day 2016 : « L'influence : objectif commun du marketing, de la communication et des relations publiques ». Où était abordée l'idée de création d'un seul et uniquement département Influence...


La partie terrestre de « One Belt, one road » accroche à partir de ce 1er janvier 2017 une nouvelle capitale européenne, à ses destinations possibles : après les 12 000km et 18 jours de périple depuis la Chine, Londres devient donc accessible par rail.

Ce projet d’envergure mondial est une belle matérialise une fois de plus la volonté de puissance chinoise sur l’Europe. Soucieuse de trouver d’autre moyen logistique (plus rapide que le bateau et moins cher que l’avion), cette nouvelle route de la soie permet également à la Chine d’augmenter son influence sur toute une série de pays par lesquels elle passe.


Emma Thévenau - Frederic Puppatti - Roberto Fecarotta - Cloe Lacaze-Aso - Louchart Maxime