Revue de presse du 23 Janvier 2017

Le 21 janvier 2017

En ce début de semaine, le Portail de l'IE passe une nouvelle fois au crible de l'intelligence économique les sujets qui ont fait l'actualité de la semaine passée. Au programme: la Chine continue son épopée en Afrique, des selfies qui ne vous veulent pas que du bien, le retour des Anonymous.


Credits: FRED DUFOUR/AFPEt non, ce n’est pas le football qui est évoqué ici !

La Chine continue l’effort d’investissement tous azimuts en Afrique. En soignant son soft power avec la construction du « stade de l’Amitié » à Libreville, la Chine renforce son statut de puissance incontournable en Afrique.

Les pays africains ne s’y sont pas trompés, pour preuve l’inflation des demandes aux grands argentiers chinois. Les compensations ? Nourrir la croissance chinoise toujours en demandes colossales de matières premières. La politique « d’infrastructure contre pétrole » a toujours de beaux jours devant elle.


La mode des « selfies », en plus de créer des accidents à répétition et de susciter de l’émoi lorsqu’ils sont pris devant des objets ou en des lieux peu propices, est de nouveau décriée. Sur un autre terrain, la mise en scène de sa personne peut vous causer du tort. En effet, maintenant il faudra prendre garde à vos empreintes digitales !

Des scientifiques japonais ont révélé le risque qu’une photo amusante mettant en avant vos beaux doigts en forme de « V » puisse en dire long sur vous. Le perfectionnement des appareils photos numériques permettent désormais de scruter dans les moindres détails l’image… jusqu’à en révéler des empreintes digitales ! L’article comporte quelques exemples instructifs.

Vous ne pourrez pas dire que vous n’êtes pas prévenus !


Un nouveau coup d’éclat de la part des Anonymous : le célèbre réseau hacktiviste s’en est pris au Forum économique mondial le plus médiatisé de la planète en piratant le site internet de la manifestation de cette année.

Outre la récupération d’un grand nombre de données confidentielles sur les participants, l’objectif visait principalement à alerter l’opinion publique sur la « mascarade » qu’offre ce type d’évènement où certaines réunions peinent à rassembler un nombre d’auditeurs plus important, malgré les thèmes abordés et leur gravité.

Le message que les Anonymous ont diffusé s’inscrit dans la continuité des protestations habituelles, mais les grandes priorités internationales demeurent toujours sans résultat malgré les paroles et les accords passés dans ce huis-clôt du pouvoir global.


Pas facile la vie du Président Trump ! Pas de répit pour l'homme qui, à peine installé dans le bureau ovale, doit déjà essuyer une journée de manifestation.

Est il pour autant une victime de ses opposants politiques ? Nous en doutons fortement. L'article vers lequel nous vous redirigeons, paru sur le site du New York Times, ne fait a priori que relater les liens de Georges Soros avec les organisateurs de la récente marche des femmes. Il conteste ainsi la version selon laquelle le mouvement aurait émergé de lui même et serait trans-partisan.

Analysant les comptes des quelques 403 associations partenaires du mouvement, la prise de parole de l'auteur -une femme musulmane pro-Trump- est cependant à ranger dans les chroniques de la guerre politique qui fait rage dans l'univers politique états-unien. Une guerre politique dont l'objectif est la conquête de la réalité. Une de ces guerres qui donne au vainqueur la légitimité d'écrire l'histoire des prochaines années et de réinterpréter celle des années passées.

Que nos chères petites têtes blondes se rassurent ; malgré la crise mondiale, elles ont de la chance d'être nées à une époque charnière...


Une élection démocratique se juge par l’ampleur de la participation et par les résultats obtenus par chacun des candidats. C’est la règle habituelle de tout scrutin. Mais elle s’évalue également par le niveau de transparence et la précision des données électorales rendues publiques par les organisateurs du scrutin.

Sur ce point, le premier tour de la Primaire de la gauche, dimanche 22 janvier, se caractérise par le flou et l’amateurisme - dans la meilleure des hypothèses.

Doute sur le nombre de bureaux ouverts, rumeurs de chiffres « falsifiés », blocage du site de la Primaire, bureaux de votes manquants, cafouillage sur les chiffres de la participation … la crédibilité de cette Primaire dépend directement de ce niveau de transparence, ce qui peut laisser planer une ombre sur la manière dont ce vote a été organisé, sur la qualité de ses résultats et donc sur la qualité du scrutin.


Emma Thevenau - Frederic Puppatti - Roberto Fecarotta - Cloe Lacaze-Aso - Louchart Maxime