Brève

Le secteur de la veille en entreprises connaît une évolution significative

Le 1 juin 2018 par Amaury Gatinois

Le 24 mai dernier la plateforme de veille et d’analyse Sindup a signé un contrat avec le Centre Français d’exploitation du droit de Copie (CFC) qui représente plus de 3 500 titres de presse.

À l’heure où les marchés évoluent en permanence et où l’information circule toujours plus rapidement et en grande quantité, les entreprises françaises peinent à rester compétitives. En effet, ces dernières ne disposent pas encore d’outil de veille stratégique suffisamment performant. Une situation compliquée, d’autant plus que « les médias en ligne se sont mis à déployer des outils de blocage pour contrer les méthodes de crawling utilisées par les moteurs de veille et de recherche afin de restreindre l’accès et l’indexation de leurs contenus. », constate le dirigeant et fondateur de Sindup, Mickaël Réault.

Sindup, en signant un accord avec le CFC dernier, permet pour 45 euros par mois aux entreprises utilisatrices de leur plateforme d’effectuer leur veille web sur l’immense majorité de la presse nationale française. Philippe Masseron, directeur général - gérant du CFC, se félicite de d’un modèle économique respectueux des droits de la presse, « ce type d’accord permet également de continuer d’accompagner les éditeurs de presse en leur apportant la garantie que leurs articles sont utilisés dans le respect du droit d’auteur. »

C’est donc une première étape dans le monde de la veille vers un assainissement du marché. Reste à voir quelles seront les évolutions à venir dans le secteur grand public.

Voir le communiqué de presse de Sindup.

Amaury Gatinois