Brève

Subventions: SpaceX attaque Arianespace

Le 21 février 2019 par Thomas Lancrenon

La société d’Elon Musk s’est plainte au gouvernement américain d’une concurrence déloyale menée par Arianespace à travers les programmes de subventions.

L’extra-territorialité du droit américain va-t-elle permettre la déstabilisation d’un nouveau fleuron de l’industrie française ? Si ce stade ne semble pas encore atteint, on peut déceler dans la lettre adressée par la direction commerciale de SpaceX en décembre à Edward Gresser, haut fonctionnaire du département du commerce américain, les prémices d’une attaque envers le géant spatial français Arianespace. Le journal Les Echos s’est procuré une copie du courrier qui dénonce notamment « les subventions de l'Union européenne et du gouvernement français (qui) réduisent artificiellement le prix des services de lancement d'Arianespace sur le marché international et permettent à leurs fusées d'être déloyalement compétitives ».

Ciblant notamment les aides de l'Agence spatiale européenne (ESA) qu’elle estime à 13,2 milliards d'euros entre 1998 et 2012, ainsi que le financement public de la base de lancement de Kourou, l’entreprise américaine demande au gouvernement américain de trouver un accord commercial « qui garantisse qu'Arianespace ne reçoive pas de traitement préférentiel et que les membres de l'Union ne discriminent pas les fournisseurs non européens ». SpaceX tente donc d’éviter toute velléité protectionniste européenne. Ironique lorsque l’on sait, comme le rappelle Jean-Yves Le Gall, président du Centre National d'Études Spatiales (CNES), dans les colonnes des Echos qu’« en matière de lanceur, il existe un Buy American Act, qui interdit à tout opérateur américain d'utiliser une fusée étrangère, dès lors qu'un satellite a 51 % de sa valeur made in USA ».

Dans le courrier, l’entreprise fondée par Elon Musk en 2002 déclare avoir réalisé plus de 60 lancements, pour un total de « plus de 12 milliards de dollars de contrats ». Secteur stratégique par excellence pour les États en vue de la bataille future pour la maitrise de l’espace, l’industrie des lanceurs est un enjeu majeur de guerre économique. Les requêtes de SpaceX pourraient donc être vues comme le début d’une tentative de déstabilisation d’un secteur dans lequel l’Europe, et particulièrement la France, investissent depuis plusieurs décennies avec des résultats probants.