Brève

Vente de l’ADIT : Parquest Capital prend le relais

Le 20 juin 2019 par Valentin Maricourt

Souhaitant se séparer de ses parts, Weinberg capital a trouvé repreneur pour l’Agence pour la Diffusion de l’Information Technologique (ADIT) auprès du fond d’investissement Parquest.

Selon les Echos, l'ADIT, leader français de l’intelligence économique, mise en vente par Weinberg en février dernier, a été rachetée par le fonds d’investissement Parquest Capital. Une vente qui s’élève, selon le journal, à 130 millions d’euros, permettant à Parquest de se démarquer de ses concurrents, dont Abenex et Amundi Private Equity Funds. Un investissement conséquent qui semble miser sur une conquête du marché européen et une diversification des activités de l’agence, en premier lieu la diplomatie d’affaires ou le forensic.

Qui est Parquest Capital ?

Parquest Capital est une société d’investissement créée en 2002. Devenue indépendante en avril 2014, elle fût fondée comme une filiale française de NN Group, ancienne branche assurances du groupe ING dédiée à l’investissement dans les PME.

Denis Le Chevallier est président de Parquest Capital. Avant de rejoindre la société en 2002, il a travaillé au Crédit Lyonnais (de 1981 à 1985) puis chez Bouygues (de 1985 à 1990). Ingénieur civil (ESTP), il détient également un MBA d'HEC. 

Avec un premier fonds doté de plus de 300 millions d’euros lancé en 2014, Parquest Capital a réussi la levée d’un nouveau fonds doté de 310 millions d’euros qui compte une vingtaine d’investisseurs au profil varié et majoritairement international (dont NN Group, son sponsor historique).

Parquest Capital investit dans les sociétés dont la valeur se situe entre 20 millions et 150 millions d’euros, pour des rachats de filiales non-stratégiques de groupes industriels, des transmissions familiales, des MBO secondaires (aux côtés de management en place) mais aussi pour des renforcements de fonds propres.

Historiquement, Parquest Capital privilégie trois secteurs pour ses investissements : les services B2B, retails & biens de consommation et la santé.

La puissance publique encore partie prenante

Propriétaire de l’ADIT avant sa privatisation au début des années 2010, l’Etat français continue à peser au sein de l’actionnariat de l’entreprise : BPI France détient 30% des parts et l’Etat dispose d’une action de préférence. Une nécessité compte tenu du caractère stratégique de l’agence, qui conseille les entreprises du CAC40 et collabore avec son réseau diplomatique.

Peu de dangers concernant une reprise par des fonds étrangers néanmoins. Le fonds d’investissement canadien Sagard, le seul fonds étranger en lice, avait retiré son offre.