Brève

L’Indonésie interrompt par surprise ses exportations de nickel

Le 5 novembre 2019 par Portail de l'IE

Mardi 29 octobre, l’Indonésie a décrété une suspension immédiate de ses exportations de nickel. Prévue pour le 1er janvier 2020, cette décision a pris les observateurs par surprise. Jakarta vient ainsi appuyer et accélérer sa stratégie de soutien au développement de son industrie métallurgique. Dans le même temps, le retrait de l’un des plus gros producteurs mondiaux vient bouleverser le marché du minerai et fait les affaires des autres producteurs, dont la Nouvelle-Calédonie.

Jakarta n’en est pas à son coup d’essai. Entre 2014 et 2017 déjà, les exportations de nickel indonésien avaient été arrêtées dans le but de favoriser la filière locale de transformation. Cela s’était traduit par une importante hausse des cours et une première redéfinition du marché, notamment à l’initiative de la Chine. 

La dernière décision des autorités indonésiennes de cesser les exportations de nickel a été chaotique. Alors que l’interdiction d’exportation était à l’origine prévue pour 2022, elle a été avancée à 2020 au mois d’août dernier, avant d’être finalement décrétée à effet immédiat ce mardi, alors que la Semaine des métaux à Londres bat son plein. 

La décision de Jakarta s’explique par sa volonté de développer son industrie métallurgique, avec la construction de nombreuses fonderies nécessitant du nickel produit dans l’archipel. L’Indonésie souhaite par ailleurs produire et exporter du métal à valeur ajoutée, et non plus simplement du minerai non valorisé. La Chine a déjà délocalisé plusieurs de ses aciéries vers l’Indonésie et cette tendance devrait se confirmer dans le futur.

Le gouvernement indonésien cherche également à créer une filière de production de batteries électriques lithium-ion, utilisant un dérivé du nickel, afin de convaincre des constructeurs automobiles étrangers de s’installer dans le pays. La consommation de nickel lié à aux batteries n’a cessé de croitre depuis 10 ans du fait de la hausse constante de la demande pour ces dernières. 

Cette décision d’arrêt immédiat d’exportation de nickel a des effets sur le marché. Les prix, déjà en forte hausse depuis le début de l’année (plus +50%) ont encore grimpé (17 000$ la tonne). La seule annonce du 1er septembre 2019 du gouvernement indonésien avait fait grimper les cours du Nickel de 11% en 48h à la bourse de Londres. Après la première annonce de 2014, la panique était également de mise, mais les cours étaient rapidement revenus à la normale, du fait du retour à l’équilibre via de nouvelles sources d’approvisionnement. Cette fois-ci, la hausse des cours pourrait persister du fait d’une demande en forte hausse.

Cette dynamique bénéficie aux autres principaux producteurs de nickel dans le Pacifique, principalement les Philippines et la Nouvelle-Calédonie. Leurs exportations devraient augmenter, notamment afin de satisfaire les besoins de la Chine, premier consommateur mondial de nickel.

Portail de l'IE

Partenaires