Brève

L’introduction en bourse de Saudi Aramco, le début de l’après-pétrole en Arabie Saoudite ?

Le 13 novembre 2019 par Adam Thongsavarn
Crédits : Associated Press / Hasan Jamali

Saudi Aramco (Saudi Arabian Oil Company) est le premier acteur pétrolier mondial et joyau de la couronne saoudienne. L’entreprise se porte très bien, tant au niveau de la production que des réserves de brut. Située au cœur du plan Vision 2030 présenté en 2016 par le prince héritier Mohammed ben Salmane, Saudi Aramco a très récemment annoncé son introduction en bourse.

Coup de tonnerre financier, la major pétrolière Saudi Aramco annonce officiellement son introduction en bourse après plus de trois ans de tergiversation. Dans un premier temps, le groupe devrait se cantonner à la bourse du royaume (Tadawul), où 2% du capital seraient proposés aux investisseurs. La levée de fonds est estimée à 40 milliards de dollars. Les phases ultérieures sont très surveillées par les États-Unis et le Royaume-Uni avec une possible cotation sur leurs bourses nationales respectives.

La valorisation totale souhaitée par Mohammed ben Salmane de 2 000 milliards de dollars reste un objectif élevé, les principales banques internationales estimant la valorisation de Saudi Aramco entre 1 600 milliards de dollars et 1 800 milliards de dollars. Cela étant, cette introduction en bourse serait tout de même la plus importante jamais réalisée. Pour comparaison, une valorisation à 1 500 milliards de dollars représente 75% du CAC 40.

Avec une production estimée à plus de dix millions de barils de pétrole par jour, Saudi Aramco est un géant énergétique incontesté. L’export de brut compte pour une écrasante part des recettes du pays, mais l’image négative du pétrole commence à gagner les esprits et sa qualité d’énergie non-renouvelable en fait une ressource sensible. Après le krach pétrolier entre 2014 et 2016, le royaume s’est retrouvé dans une situation délicate, à devoir emprunter et se mettre en difficulté, au point que le FMI a prédit en 2015 une faillite du royaume en 2020 à ce rythme (et cette dépendance au pétrole).

Le plan Vision 2030 vise une moindre dépendance du royaume envers le pétrole et des investissements dans la diversification de l’économie, la santé et le social. Les fonds issus de la vente de 2% de Saudi Aramco iront directement au fond public d’investissement saoudien (PIF) en charge de la diversification économique en Arabie Saoudite. 

 

Adam Thongsavarn