Brève

La Banque de France veut lancer sa propre cryptomonnaie

Le 20 décembre 2019 par Aysegul Ceylan

Le gouverneur de la Banque de France a annoncé, le 4 décembre dernier, vouloir expérimenter une « monnaie digitale de banque centrale » (MDBC), destinée dans un premier temps aux transactions interbancaires et aux « grands comptes ». La Banque de France lancera un appel à projets à la fin du premier trimestre 2020.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, explique que « la mise en place d’une monnaie digitale de banque centrale nous permettrait de disposer d’un puissant levier d’affirmation de notre souveraineté face aux initiatives privées du type Libra ». 

Cette décision fait suite à l’impulsion de l’Union européenne (UE), qui, face à l’émergence de projets de cryptomonnaies privées tels que le projet Libra de Facebook, incite les banques centrales européennes à se prémunir contre les risques engendrés, notamment en développant leur propre « stablecoin »

En parallèle, dans un communiqué en date du 5 décembre dernier, le Conseil de l’UE rappelle l’interdiction, au sein de l’Union, des « stablecoins » portés par des organismes privés (sans nommer expressément Facebook), « jusqu’à ce que les défis et les risques juridiques, réglementaires et de surveillance aient été correctement identifiés et traités. »

L’objectif de l’Union est de préserver la souveraineté monétaire de l’Europe, mais aussi d’ouvrir la voie à la création d’un « e-euro », une monnaie dématérialisée européenne, qui serait pilotée, à terme, par la Banque centrale européenne.

Le Banque de France veut être la première Banque centrale au sein de l’Union européenne à émettre une monnaie digitale : « Je vois un intérêt certain à avancer rapidement sur l'émission au moins d'une MDBC de gros afin d'être le premier émetteur au niveau international et tirer ainsi les bénéfices réservés à une MDBC de référence », a souligné le gouverneur.  

Au-delà de l’Europe, la Réserve fédérale américaine et d’autres banques ont également annoncé leur projet de création d’une monnaie numérique publique. Pour l’instant, c’est la Banque de Chine qui est la plus avancée. 

Aysegul Ceylan