Brève

Londres défie Washington en accordant un accès restreint à Huawei pour la 5G

Le 30 janvier 2020 par Emeline Strentz

À l’approche du Brexit, Londres a décidé d’accueillir Huawei pour le développement de la 5G, tout en limitant son accès au réseau. Ce choix répond à un enjeu économique, malgré le mécontentement des Etats-Unis.

 

Ce mardi 28 janvier 2020, le Ministère du numérique a annoncé que le Royaume-Uni autorisait l’accès à son réseau 5G aux fournisseurs considérés « à haut risque », dont Huawei. Malgré un accès restreint au réseau britannique, Huawei se dit soulagé et rassuré par la confirmation du gouvernement britannique. Cette décision permettra au Royaume-Uni d’avoir un réseau plus efficient, tout en préservant la sécurité nationale, d’après les autorités britanniques

 

L’autorisation accordée à Huawei répond principalement à un enjeu économique. Huawei est en effet présent au Royaume-Uni depuis quinze ans et a ouvert en décembre 2019 un centre d’innovation 5G à Londres. Le rejet du géant chinois aurait représenté un coût important (retrait de toutes les infrastructures existantes) et aurait eu des conséquences sur les factures des abonnés ainsi que sur le développement de la 5G.

 

Néanmoins, cette décision fait apparaître des mécontentements de toute part. Certains ministres, de l’Intérieur et de la Défense notamment, remettent en question la sécurité des données, malgré l’accès partiel au réseau. D’autre part, le gouvernement britannique doit faire face aux pressions de Washington qui se sont étalées sur ces deux dernières années. Après que les États-Unis aient qualifié cette décision de « capitale », Londres doit s’attendre à de potentielles représailles, mettant en péril le futur accord commercial entre les États-Unis et le Royaume-Uni annoncé au Forum économique mondial à Davos (Suisse).

Emeline STRENTZ

Partenaires