Brève

Le groupe parapétrolier franco-américain TechnipFMC confirme son projet de scission

Le 13 mars 2020 par Aysegul Ceylan

Le groupe TehnipFMC, fruit de la fusion de l’entreprise d’ingénierie pétrolière française Technip et de l’entreprise de l’industrie chimique américaine FMC Corporation en janvier 2017, a décidé de se scinder en deux entités indépendantes. Le projet de scission, annoncé en août 2019, devrait se finaliser au deuxième trimestre 2020. L’entreprise franco-américaine a publié le 26 février 2020, les résultats du groupe pour l’année 2019. Il a annoncé une perte d’un peu plus de 2,414 millions de dollars.

Lors du processus de fusion, Thierry Pilenko, PDG du groupe français, avait été nommé en tant que « président exécutif », laissant la direction générale de TechnipFMC au dirigeant du groupe américain, Doug Pferdehirt. En mai 2019, Thierry Pilenko a finalement quitté le groupe franco-américain, avec une prime de 14 millions d’euros. 

Moins de trois ans après la fusion, en août 2019, le groupe franco-américain a annoncé son projet de scission en deux entités distinctes et indépendantes : TechnipFMC, basé aux États-Unis, et Technip Énergies, basée en France. La concrétisation du projet de scission est prévue au deuxième trimestre 2020. BPI France détiendra 15% de Technip Energies. La française Catherine MacGregor a été désignée directrice générale de Technip Énergies.

La fusion entre FMC et Technip, dont l’État est actionnaire à hauteur de 5% par l’intermédiaire de BPI France, avait été géré en France par le PDG de Technip, Thierry Pilenko, et Alexis Kohler, actuel secrétaire général de l’Elysée, directeur de cabinet au Ministère de l’économie au moment des faits. Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, assurait que cette fusion allait créer « un Airbus du parapétrolier ».  Au moment de la fusion, Technip accuse d’un chiffre d’affaires de 13,5 milliards d’euros (15,2 milliards de dollars), contre 6,6 milliards d’euros pour FMC Corporation (7,4 milliards de dollars). 

Deux ans après cette fusion, en juin 2019, le groupe franco-américain est condamné par les autorités américaines à une amende de 296 millions de dollars à verser aux autorités américaines et brésiliennes pour des affaires de corruption au Brésil et en Irak. En cause : le versement de pots-de vin, l’un impliquant le français Technip au Brésil entre 2003 et 2014, l’autre américain FMC en Irak entre 2008 et 2013.

En février 2019, l’hebdomadaire « Le Point » a annoncé que le groupe franco-américain serait également visé par une enquête du Parquet national financier (PNF) pour faits présumés de corruption. L’enquête aurait été ouverte à l’automne 2017, « selon une source proche du dossier ».

Ce projet de scission s’inscrit dans un contexte financier particulièrement difficile pour Technip, qui a annoncé le mois dernier une perte de plus de 2,4 millions de dollars. S’ajoute à cela l’amende de 51,5 millions de dollars prononcée par la Cour suprême des Emirats arabes unis à l’encontre de Technip, le 12 février 2020. Il s’agit d’un litige en date de 2007, opposant Technip à son partenaire local Suwaidi. Le plaignant Suwaidi demande également réparation pour 200 millions de dollars selon l’hebdomadaire « La Marianne ».

Aysegul Ceylan

Événements


Plus d'événements

Partenaires