Brève

L’Azerbaïdjan au carrefour de la nouvelle route de la soie

Le 29 juillet 2020 par Jonathan Chaste et Paul-Arthur Luzu

En pleine crise sanitaire, les dynamiques d’influences entre grandes puissances sont au cœur de notre actualité. Face à cela l’Azerbaïdjan maintient une politique de non-alignement et garde le cap d’un développement économique appuyé sur les nouvelles routes de la soie chinoises comme l’explique Monsieur Tural Ganjaliyev.

Malgré la création d’hôpitaux modulaires et l’implication des autorités politiques pour contenir l’épidémie sans impacter trop fortement l’économie l’Azerbaïdjan n’est pas épargné par la crise mondiale et subit « un ralentissement économique de 1,7% ».

Comme le souligne Tural Ganjaliyev, Chef de la communauté azerbaïdjanaise et Député du Haut Karabagh, nonobstant, la rivalité sino-américaine sur l’échiquier international, et une situation économique dégradée, l’Azerbaïdjan maintient une politique non-alignée tout en entretenant des liens étroits avec des états très différents dont les intérêts sont parfois opposés, comme la Chine et les USA. Un principe défini comme d’importance majeur pour le pays  « compte tenu la situation géographique de l’Azerbaïdjan ». En effet ce dernier fait office d’ étape primordiale « au projet de la nouvelle route de la soie », permettant d’assurer le transport des marchandises entre l’Asie et l’Europe qui servira « au développement économique de la République de l’Azerbaïdjan »

Le traité de 2018 relatif à la mer Caspienne a permis de positionner l’Azerbaïdjan comme un pays stratégique dans ce projet de nouvelle route de la soie. Il permet ainsi de développer le transport rapide de « marchandises du Kazakhstan à l’Azerbaïdjan via la mer Caspienne et le transport de marchandises vers l’Europe par le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars, initié par l’Azerbaïdjan ».

Il est important de souligner que l’une des nouvelles routes de la soie avec le plus haut potentiel traverse la mer Caspienne via Aktaou, (ndlr : ville aéroportuaire du Kazakhstan) puis Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan avant de rejoindre la Turquie.

Retrouver l’interview complète de Monsieur Tural Ganjaliyev pour la Lettre Mensuelle News From The Centre  ici.

 

Propos recueillis par Jonathan Chaste et Paul-Arthur Luzu

 

Événements


Plus d'événements

Partenaires