Brève

Rachat d’Alsid par Tenable, une nouvelle perte pour le secteur cyber français

Le 15 février 2021 par Ugo Viens

Le 10 février dernier, Alsid, spécialiste français en sécurisation de l’Active Directory de Microsoft, annonce son rachat par Tenable pour la somme de 98 millions de dollars. Avec ce rachat, la France perd encore un de ses fleurons dans la cybersécurité, un secteur en constant développement.

Créée en 2016 par Emmanuel Gras et Luc Desalles, deux anciens de l’ANSSI, Alsid propose une solution de protection et de sécurisation de l’annuaire Active Directory de Microsoft, ce dernier permettant l’identification et l'authentification sur un réseau d’ordinateur utilisant un système windows. Grâce à cette solution, la société peut identifier en temps réel les vulnérabilités et les attaques sur l’Active Directory d’une entreprise. De plus, Alsid permet aussi de réaliser un audit des différents niveaux de sécurité permettant une planification des actions de sécurité à mener pour l’entreprise. 

À l’heure où la majorité des entreprises ne peut produire sans l’utilisation de produits Microsoft, l’entreprise française permet la sécurisation d’une des cibles préférées des cybercriminels, l’annuaire Active Directory et donc les informations sensibles voire stratégiques qu’il renferme. La solution de la start-up avait déjà séduit de nombreuses grandes entreprises françaises comme Orange, Safran ou le groupe Lagardère, mais aussi des groupes étrangers comme HKBN à Hong Kong. 

La perte de cette pépite fait écho à la perte de Sentryo en juin 2019 racheté par Cisco et questionne sur la capacité de la France à identifier et protéger ses nouveaux fleurons du secteur numérique. Alors que la France et l’Union Européenne se tournent vers le développement de l’IA et souhaitent devenir l’un des leaders du secteur, le secteur de la cybersécurité devrait être protégé afin d’assurer une réelle indépendance sécuritaire numérique, et ainsi éviter une dépendance européenne vis-à-vis des États-Unis.

 

                                Ugo Viens 

Pour aller plus loin 

  • La révolution copernicienne de l’intelligence artificielle
  • Le financement de la Tech Africaine : Un échec français ?