Brève

Les États-Unis, future superpuissance minière?

Le 24 février 2021 par Pierre-Guive Yazdani

Selon le Fraser Institute, think tank canadien, l’État américain du Nevada est devenu la juridiction minière numéro 1 suivi par l’Arizona; l’Australie en proie à une guerre commerciale avec la Chine sort du podium. L’essor des juridictions minières américaines s’explique paradoxalement par la volonté de l’administration Biden de favoriser la transition énergétique alors que cette industrie reste une des plus polluantes et des plus destructrices pour les écosystèmes.

Publié vendredi 19 février, le rapport annuel du think tank canadien révèle le réveil de l’industrie minière nord-américaine. En effet, les juridictions canadiennes et états-uniennes occupent pour l’année 2020 la tête du classement. Cette évolution s’explique autant par les tensions sino-australiennes que par la nouvelle politique publique américaine concernant l’extraction minière.

En effet, le président Biden a promis de favoriser la transition énergétique qui passe par l’abandon des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. Ces dernières entraînent un risque puisque la production est tributaire des éléments naturels comme le vent pour les éoliennes ou la luminosité pour les panneaux solaires. En conséquence, afin de minorer ce risque, l’énergie doit être stockée dans des batteries. Or la fabrication nécessite d’utiliser des terres rares qui malgré les efforts de Washington restent sous monopole chinois, ce qui soulève un problème stratégique de dépendance pour l’administration Biden.

En outre, un des auteurs du rapport, Elmira Aliakbari, insiste sur le fait que la seule présence de ressources minières n’est pas suffisante pour attirer les investisseurs. Ainsi, peu de juridictions africaines, pourtant réputées riches en la matière, se trouvent dans le haut du classement du think tank. Enfin, malgré l’intention louable de vouloir abandonner les énergies fossiles, les pollutions engendrées par l’industrie minière devraient animer les débats dans les années à venir et devenir un objet de lutte d’influence entre les grandes puissances.

 

Pierre-Guive Yazdani

Pour aller plus loin: