Brève

G7 : la Chine au sommet des tensions

Le 5 mai 2021 par Jehanne Duplaa
Crédits : G7 UK

Les ministres des Affaires étrangères du G7 se sont réunis mardi 4 mai à Londres, dans le cadre d’une première réunion en présentiel depuis plus de deux ans. L’objectif de celle-ci est de prendre des mesures pour protéger les démocraties. La Chine, acteur économique incontournable, se voit réserver une place toute particulière dans l’agenda des discussions.

L’Empire du milieu représente 17,8% du PIB mondial, alors qu’il n’en représentait que 3,6% en 2000. À ce jour en deuxième position, la Chine pourrait bien devenir première économie mondiale en 2028, d’après un think tank britannique. Selon Antony Blinken, secrétaire d’Etat américain, la Chine défie l’ordre mondial en agissant « de manière plus répressive chez elle, et plus agressive à l’étranger ». Depuis que Pékin souhaite s’affirmer comme puissance militaire et exercer une influence à travers le monde, l’Occident s’inquiète et le G7 tire la sonnette d’alarme en s’organisant pour maintenir la Chine à une distance raisonnable. Toutefois, comme le rappelle l’ancien conseiller adjoint à la sécurité nationale des Etats-Unis, « l’objectif n’est pas de contenir la Chine, de la retenir, de la limiter » mais  de « maintenir un ordre fondé sur des règles auquel la Chine pose un défi ».

Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine sont de plus en plus fréquentes ces dernières années et il n’est pas anodin que le gouvernement américain envisage une « coopération robuste » avec le Royaume-Uni pour contrer les actes et menaces que Pékin fait peser sur l’ordre mondial. En témoigne la répression du mouvement pro-démocratie à Hong-Kong ou les actes de violence exercés à l’encontre de la minorité musulmane ouïghour dans la région de Xinjiang, qualifiés de « génocide » par les Etats-Unis. Le Royaume-Uni et les Etats-Unis renforcent leurs liens transatlantiques autour d’une approche commune, afin d’assurer le maintien d’un ordre pour lequel l’Occident a largement investi ces dernières années, le tout « dans l’intérêt de ses propres citoyens, mais aussi des peuples à travers le monde, dont la Chine ».

Dans cette lancée exponentielle, la Chine doit s’assurer de mettre toutes les chances de son côté. En mars 2021, elle lançait un avertissement à l’Union européenne face au risque de sanctions de la part de Bruxelles, qui pourraient être interprétées par le bloc comme une « atteinte délibérée à la sécurité et au développement de la Chine ». Les prochaines semaines, dont le G7 constituera le point d’orgue, seront décisives et placeront sans doute de nouveaux pions sur le plateau de jeu des relations internationales.

 

Jehanne Duplaa

 

Pour aller plus loin :