Asie


Hausse du prix du pétrole : la Chine, inquiète, rencontre l’OPEP pour réguler les prix
12 janvier 2022

La constante hausse des prix du pétrole depuis plusieurs semaines joue en faveur du gaz russe, principale énergie de substitution. Fait marquant, quatre responsables des pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) rencontrent cette semaine le ministre des Affaires étrangères chinois. Tout nous incite à croire qu’un accord de libre- échange est en chantier entre la Chine et la CCG. La Chine ne semble pas être la seule à s’inquiéter des répercussions sur son économie.

Entrée en vigueur du RCEP : le poumon de l’économie mondiale constitue sa propre zone de libre-échange.
5 janvier 2022

La plus grosse zone de libre-échange au monde vient officiellement de voir le jour. Le 1er janvier 2022, le RECP (Regional Comprehensive Economic Partnership, ou partenariat économique régional global) est entré en vigueur.

[JdR] Intelligence artificielle et risque de la reconnaissance faciale
9 décembre 2021

Sujet encore assez méconnu en 2021, mais assurément incontournable dans le débat médiatique pour les décennies à venir, l’intelligence artificielle et la reconnaissance faciale sont des outils technologiques qui sont en train de révolutionner notre monde occidental pour le meilleur et peut être pour le pire. La Chine, leader mondial dans le domaine, nous expose tout le danger que représentent ces technologies.

Les risques liés à l’accès à l’eau en Asie centrale
3 décembre 2021

L’accès à l’eau a été reconnu comme un enjeu stratégique majeur du XXIe siècle. Ayant déjà été victime de l’assèchement de la mer d’Aral, l’Asie centrale se présente aujourd’hui comme une zone stratégique exposée aux risques hydriques qui menacent sa population.

Les tentatives australiennes de blocage du développement de l'influence chinoise dans le Pacifique Sud
30 novembre 2021

Face à la BRI et la projection de puissance de l’Empire du Milieu, chaque pays adopte sa propre approche. Côté australien, après une longue période d’inaction, on semble se réveiller et prendre des décisions. Néanmoins, dans sa réflexion stratégique, on a l’impression que Canberra s’est enterré dans un sophisme du faux dilemme : s’aligner totalement sur les Etats-Unis ou regarder sa démocratie mourir sous les coups de Pékin. En parallèle de ce faux dilemme, il y a tout de même des actions australiennes qui méritent d’être notées.

FOCAC 2021 : une coopération sino-africaine à sens unique ?
30 novembre 2021

Du 29 au 30 novembre Dakar accueille le forum de la coopération sino-africaine (FOCAC). Comme le souligne le ministère des Affaires étrangères chinois : « l’Afrique ne devrait pas être une arène de compétition entre les grands pays, mais une large plateforme de coopération internationale ». Une déclaration pour le moins paradoxale alors que, depuis les années 80, la Chine s’impose massivement sur le sol africain.

Accord Baidu-Sanofi : l’industrie pharmaceutique française dépendante de la technologie chinoise
26 novembre 2021

Après avoir annoncé en septembre l’arrêt des recherches sur un vaccin ARNm contre la Covid, Sanofi donne le change ce lundi. Le laboratoire français a annoncé un accord commercial avec le géant du web chinois, Baidu, pour l’utilisation de son algorithme de séquençage d’ARNm pour lancer la production des futurs vaccins. Un signe que l’innovation se trouve désormais du côté de la Chine dans des secteurs pourtant de pointe.

Prix du baril : alliance inédite entre les États-Unis et la Chine
25 novembre 2021

Dans une alliance inédite qui met une nouvelle fois en lumière la traditionnelle confrontation entre les pays producteurs de pétrole et les pays consommateurs, les États-Unis et la Chine ont annoncé de concert qu’ils puiseraient dans leurs réserves stratégiques de pétrole. L’objectif affiché est de freiner l’inflation de l’or noir consécutif à la reprise post-covid. Ils sont accompagnés du Japon, de l’Inde, ainsi que du Royaume-Uni.

L’ambition américaine d’une coalition contre les avancées technologiques à vocation militaire chinoises
28 octobre 2021

Face à la menace chinoise, aussi bien économique, militaire que culturelle, les Etats-Unis souhaitent renforcer le contrôle des exportations sur des technologies à usage militaire, et imposer à ses partenaires ces restrictions. Une façon pour Washington de freiner l’essor économique et militaire chinois en formant une coalition d’Etats alliés. Mais aussi un premier pas pour éventuellement élargir le champ des secteurs sujets à cet export control.

[CONVERSATION] : Guerre économique, campagnes d’influence et souveraineté des données à l'approche des présidentielles : la France est-elle bien “cyberarmée”? [1/2]
26 octobre 2021

Il n’y a pas si longtemps, dans un monde où la mondialisation, les interdépendances et l’ultralibéralisme se pensaient garants du « doux commerce » et de la paix, la souveraineté était un terme péjoratif. Synonyme de protectionnisme, et donc de repli commercial, géopolitique, voire identitaire, les États s’appelaient encore entre eux des « alliés ». Frans Imbert-Vier, spécialiste des enjeux de cybersécurité et de souveraineté numérique, revient pour le Portail de l’IE sur cette notion de souveraineté, qui théoriquement devrait se trouver au cœur des préoccupations électorales dans un contexte de guerre économique.

Les ports africains, source de convoitise de Pékin
30 septembre 2021

Depuis le 11 mars 2020 et le début officiel de la pandémie de Covid-19, l'équivalent de 11,2 milliards de dollars a été investi sur le continent africain par la Chine, selon les chiffres du think-tank American Enterprise Institute (AIE). Si certains partenaires africains traditionnels sont moins concernés, d’autres regorgent de liquidités en provenance de Pékin, preuve de l'intérêt grandissant de Pékin notamment pour leurs infrastructures portuaires.

Guerre informationnelle de Pékin : des thinks tanks français impliqués ?
21 septembre 2021

Un rapport sur l’offensive informationnelle de la Chine a mis le feu aux poudres entre l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM) et le think tank français l’IRIS. L’IRSEM y affirme que l’IRIS servirait plus ou moins consciemment de relais d’influence pour la puissance chinoise sur le territoire français. L’IRIS par le biais de son président, Pascal Boniface, a répondu dans un communiqué, signal qu'une guerre informationnelle est désormais ouverte entre les deux instituts de recherche.

Le « contrat du siècle » de Naval Group tombe à l’eau
16 septembre 2021

Signé en 2016, le contrat concluant la vente de 12 sous-marins de la classe Attack pour un montant d’une trentaine de milliards d’euros a fait l’objet d’un revirement soudain, le gouvernement australien préférant finalement un partenariat américano-britannique aux contours plus larges. Un coup de massue pour Naval Group, objet d’une guerre d’influence de longue date mêlant intérêts politiques et industriels, qui ne pensait cependant pas perdre un contrat liant l’industriel français et l’Australie pour une durée de 50 ans.

Révélations sur l’obtention de la coupe du monde de football 2022 au Qatar
24 mai 2021

Le site Internet Blast-info.fr, fondé par Denis Robert, a récemment publié une série d’articles sur le Qatar et sur la “Qatar Connexion” qui aurait permis notamment l’obtention de la coupe du monde par le riche Émirat. Après la Norvège qui a décidé de boycotter la compétition pour protester contre le non-respect des droits de l’Homme, va-t-on assister à une levée de boucliers généralisée ou une relocalisation de la compétition chez un candidat évincé?

La diplomatie des loups guerriers, soldats de la guerre économique ? (Partie 2/2)
7 mai 2021

Comme nous avons pu le voir dans la première partie, la diplomatie des loups guerriers est une stratégie de communication tournée vers la défense des intérêts chinois. Pour autant, elle ne permet pas uniquement d’aborder une posture défensive mais elle apparaît également sous un angle offensif. Cette diplomatie des loups-guerriers au service de la conquête des nouveaux marchés s’illustre parfaitement dans le déploiement des nouvelles routes de la soie et du développement d’entreprise comme Huawei.

La diplomatie des loups guerriers, véritable stratégie de communication ? (Partie 1/2)
30 avril 2021

Depuis près d’un an, un regain de tensions s’est fait ressentir dans la communication des diplomates chinois. Habituée à une diplomatie douce de la part de l'Empire du Milieu, la nouvelle doctrine diplomatique des « loups-guerriers » monte en puissance sur la scène internationale pour imposer les intérêts économiques et les valeurs de la Chine à travers le monde. Pour autant, cette nouvelle forme de communication a tendance à réveiller la méfiance à l’égard du régime communiste, dès lors peut-on réellement parler d’une réelle stratégie diplomatique ?

Huawei : la Chine accuse les Etats-Unis d’être à l’origine de la pénurie de puces
29 avril 2021

Le président de Huawei, Liang Hua, a une nouvelle fois accusé les Etats-Unis d’être à l’origine de la pénurie de puces, qui pourrait expliquer la baisse du chiffre d’affaires du fabricant chinois. Une situation pouvant être à la conséquence des sanctions imposées par l’ex-administration Trump en 2019.

Coopération nippo-américaine pour la 6G
19 avril 2021

Les États-Unis et le Japon ont convenu d’investir conjointement 4,5 milliards de dollars dans la course à la 6G. Cette collaboration prend place dans un contexte mondial de plus en plus tendu avec la République Populaire de Chine, pays leader de la 5G.

Voracité chinoise sur le minerai de fer australien
1 avril 2021

Malgré le contexte tendu entre Canberra et Pékin, l’appétit chinois pour les ressources minières fait bondir la valeur du fer australien. Toutefois, les investissements chinois en Guinée laissent présager une diversification future de l’approvisionnement de l’Empire du Milieu.

[JDR] : Le piège de la dette chinois se referme sur les intérêts français
25 mars 2021

Dans le cadre du projet chinois des Nouvelles Routes de la Soie (Belt and Road Initiative, BRI), les banques chinoises ont accordé aux pays concernés par les itinéraires des prêts aux montants astronomiques, destinés à financer la construction d’infrastructures de transport. Mais les pays bénéficiaires, souvent en voie de développement, peinent aujourd’hui à rembourser leurs dettes. Une situation délicate dont la Chine a su tirer profit pour renforcer sa présence stratégique sur les bords de l’Océan indien, et qui présente aujourd’hui un réel risque pour le développement des entreprises françaises à l’étranger.