Les piliers de l'IE en France : lettre ouverte au gouvernement

Le 10 mai 2017

Intelligence économique : qu’attend l’Etat ? Les Echos publient une lettre ouverte à l’Etat français co-rédigée par Christian Harbulot, Alain Juillet, Alexandre Medvedowsky et Claude Revel. Ils demandent l’adoption d'une stratégie plus ambitieuse en matière d’intelligence économique dans un monde où l’information est devenue la mère des batailles de la guerre économique.

L’incertitude règne, des Etats-Unis à la Russie, de la Chine à la Turquie. Des leaders politiques émergent. Certains s’affirment contre les principes de la démocratie occidentale. Ici et là, des volontés de puissance séculaires réapparaissent : la Chine et la route de la soie, la revanche de l’empire perse, le réveil de l’empire ottoman… Au même moment, la révolution technologique s’emballe. Pas un jour sans un nouvel objet connecté, un nouveau mode de production robotisé, une extension du domaine de l’intelligence artificielle, ou un procédé disruptif jetant bas nos vieux modèles.

Face à ces défis, ni la fascination ni l’angoisse ne sont bonnes conseillères : seule l’action s’impose. Pour les entreprises comme pour les Etats. Comprendre, anticiper, s’adapter. Cette époque mouvementée mais terriblement féconde leur offre une formidable opportunité pour repenser leurs positions.

Encore faut-il disposer des bons outils pour se frayer un chemin entre risques et incertitudes. Fournir les clés pour ne pas subir mais devancer. C’est le rôle de l’intelligence économique. Nos grandes entreprises ont pris de l’avance. Beaucoup ont adopté ces techniques.

Les pays les plus puissants ne sont pas en reste. Tous, à commencer par ceux  qui se réclament le plus de l’économie de marché, ont compris que la puissance économique s’acquiert et s’entretient grâce à un soutien sans faille de l’Etat. Tout hard power a besoin de cette puissance d’influence, ou soft power, qui permet de comprendre et séduire des concurrents, mesurer et maîtriser leurs réactions en développant un état d’esprit pré-acquis chez leurs décideurs.

L’information est devenue  la mère des batailles dans cette « guerre économique ». Qu’attend l’Etat français pour mener une stratégie plus ambitieuse dans ce domaine ? Qu’attend-il pour s’armer intellectuellement afin de comprendre le fonctionnement des forces à l’œuvre, décrypter les stratégies d’action et d’alliances, les anticiper assez vite pour formuler des réponses appropriées ? La collecte et le traitement des données sont devenus essentiels. L’Etat doit adapter sa gouvernance à cette réalité pour être en mesure d’agir au bon moment.