Stratégie industrielle de l’Etat : le Sénat s’interroge à son tour sur le cas Alstom

Le 24 novembre 2017
Le palais du Luxembourg, siège du Sénat.

Le cas de l’entreprise Alstom pousse les sénateurs à s’interroger sur la stratégie industrielle de l’Etat à travers une mission d’information.

Depuis 2015, Alstom est dans la tourmente : General Electric (GE), l’entreprise américaine qui a racheté la branche énergie d’Alstom, est confrontée à des difficultés financières. En effet, elle a annoncé son intention de supprimer plusieurs milliers d’emplois dans le monde, et son site français à Grenoble est menacé. La branche transport d’Alstom a, par ailleurs, été rachetée par  l’entreprise allemande Siemens, en octobre dernier.

En réaction à ces différents achats, les Sénateurs ont créé une mission d’information qui porte sur « Alstom et la stratégie industrielle du pays », à la demande du groupe socialiste et républicain. Les 27 membres de cette mission ont  été désignés le 22 novembre dernier et sont issus de toutes les commissions parlementaires du Sénat. Cette décision s’inscrit dans la suite de la création, le 31 octobre, de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, qui sera présidée par le député, M. Olivier Marleix (LR)

Au Sénat, l’objectif est d’étudier une question spécifique qui lui a été assignée. Pour rappel, l’article 6bis du Règlement du Sénat permet à chaque groupe politique de solliciter la création d’une commission d’enquête ou d’une mission d’information par an. 

Selon le Bureau du groupe PS du Sénat, le sénateur socialiste M. Martial Bourquin devrait être nommé rapporteur de cette mission.  Elle se réunira prochainement pour établir un calendrier et nommer son Président. 

Reste maintenant à savoir si elle aidera l’Etat à se doter d’une stratégie industrielle pérenne qui puisse protéger les grands groupes français.

Aristide LUCET