Brève

Envoi de forces anglaises de défense en Arabie Saoudite pour garantir la sécurité d'installations pétrolières attaquées par les houtis

Le 1 décembre 2020 par Maryam Karkach

Le 23 novembre 2020 est paru un rapport du ministère de la Défense britannique stipulant qu’une petite équipe du 16e régiment de l’artillerie royale britannique, basée près de Portsmouth en Angleterre, a été envoyée en Arabie Saoudite en février, pour protéger les champs pétrolifères saoudiens. L’Angleterre cherche à s’assurer de nouvelles sources d’approvisionnement dans la perspective du Brexit.

Les attaques contre les installations pétrolières de distribution de produits pétroliers à Djeddah, en Arabie Saoudite, le 14 septembre 2019, ont touché environ 5 % de l’approvisionnement mondial en pétrole. La perte sèche de l’équivalent en production de 5,7 millions de barils par jour a été compensée par l’utilisation des réserves personnelles de la couronne. Depuis, le Royaume-Uni travaille avec le ministère de la Défense saoudien sur un renforcement de la sécurité de ces structures clés de l’économie mondiale. Dans cette logique de protection, le Royaume-Uni a déployé une équipe du 16e Régiment de l’artillerie Royale depuis février 2020 avec pour mission d’équiper en radars "Giraffe" les installations. Ces équipements peuvent notamment repérer des objets volants jusqu’à 75 miles de distance. Cela a provoqué les critiques de l’opposition au gouvernement britannique, non seulement pour avoir fourni de l’aide à l’Arabie Saoudite, mais aussi pour ne pas avoir correctement informé la population et le Parlement de la mission.

L’Angleterre, importateur net de pétrole brut depuis 2005,se range derrière les États-Unis et leur allié saoudien au sein de l’OPEP, afin d’assurer son approvisionnement. En effet, la couronne britannique est dépendante des États-Unis mais également de la Russie via le pipeline Droujba, situé en Europe continentale. La perspective du Brexit rend potentiellement Londres dépendant de la bonne volonté de l’Union européenne qui pourrait décider de couper les vannes ou imposer une taxe à l’importation dans le cadre des négociations, mettant ainsi en danger les raffineurs britanniques. En effet, la UK Petroleum Industry Association appelle à un équilibre entre les droits d’importation et d’exportation pour ne subir aucune fermeture d’entreprise. Une hausse de 547 millions d’euros est possible concernant la mise en place des barrières tarifaires de l’OMC, en cas de Brexit dur.

Le 12 novembre 2020, l’Arabie Saoudite a confirmé que l’explosion du 14 septembre 2019 du terminal était la conséquence d'une attaque de drones des rebelles houtis. Le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Barkindo, a déclaré le 25 novembre 2020 : « Des actes de sabotage tels que celui-ci sont préjudiciables à la sécurité de l’approvisionnement énergétique, tant pour les producteurs que pour les consommateurs, et peuvent entraîner beaucoup d’incertitude et de volatilité ». De fait, cela engendre des pertes de devises pour les producteurs, une rupture de sécurité énergétique pour les consommateurs et un besoin immédiat de stocks répercutant une tension sur la chaîne de valeur.

 

Maryam Karkach

Pour aller plus loin :