Brève

Hopium, le constructeur français spécialisé dans les véhicules à hydrogène, est en difficulté

Le 18 janvier 2023 par Loïc Bonnet

Présentée comme le “Tesla français de l’hydrogène”, la start-up, qui avait pourtant connu une ascension fulgurante, connaît aujourd’hui des difficultés financières et devrait être contrainte de réduire ses effectifs. Au cœur d’un marché hyperconcurrentiel, Hopium pourrait être forcé à revoir sa stratégie pour ne pas disparaître au profit de ses concurrents asiatiques.

Même si la société explique officiellement avoir recours à une analyse de sa structure de financement et de coûts, elle semble en réalité moins à même de séduire les investisseurs et note une baisse très importante du cours de son titre ces derniers mois. Ses difficultés sont, entre autres, issues de l’augmentation du prix des matières premières qui pourrait contraindre Hopium à réappréhender les délais de commercialisation initialement établis pour leur produit phare : la berline de luxe “Machina Vision” prévue pour 2025.

La start-up avait pourtant fait sensation lors du dernier Mondial de l’automobile en annonçant la construction d’une usine ayant la capacité de production de 20 000 véhicules par an en Normandie, région pionnière dans le secteur de l’hydrogène. Les difficultés financières d’Hopium sont d’autant plus problématiques qu’un partenariat a été annoncé en novembre 2022 entre CA Consumer Finance, filiale du Crédit Agricole, et l’entreprise française. L’acteur du crédit à la consommation avait alors commandé plus de 10 000 modèles de “Machina Vision”, à destination de clients particuliers et professionnels, pour un montant de près de 1,2 milliard d’euros. 

L’entreprise française se trouvant sur un marché hautement stratégique, elle fait face à une concurrence accrue notamment face aux constructeurs asiatiques Hyundai et Toyota, qui dominent totalement le marché. Ces deux entreprises sont actuellement les seules à commercialiser des voitures à hydrogène pour particuliers sur le marché européen. Ce marché est aujourd’hui bien conscient de la valeur ajoutée que peut apporter l’hydrogène mais préfère utiliser cette source d’énergie pour alimenter des véhicules lourds. À l’échelle du vieux continent, les principaux concurrents d'Hopium sont en réalité les véhicules électriques, bénéficiant d’un réseau de recharge beaucoup plus développé et plus simple à mettre en place. Néanmoins, la start-up française dispose d’une réelle importance à l’échelle internationale car elle se positionne comme l’unique constructeur de véhicules de sport alimenté par hydrogène.

Afin d’éviter de se faire avaler par les acteurs asiatiques, aujourd’hui leaders du marché, il semble nécessaire pour l'entreprise de mettre en place un nouveau plan stratégique. L’augmentation exponentielle du coût des matières premières est inhérente à tous les constructeurs automobiles, et pourrait pousser Hopium à se concentrer sur la production de pile combustible, son cœur de métier, en laissant tomber la conception du véhicule lui-même. Une restructuration semble aujourd’hui indispensable à la survie de la start up française. 

 

Loïc Bonnet

 

Pour aller plus loin :