Brève

Union européenne, une stratégie industrielle pour une indépendance technologique

Le 24 février 2021 par Ugo Viens

Le 22 février 2021, la Commission européenne a présenté son plan d’action sur les synergies entre les industries civiles, spatiale et de la défense. L’objectif est de renforcer l’avance technologique européenne, mais aussi l’innovation grâce aux technologies qui existent au croisement de plusieurs secteurs. Bruxelles semble être prête à se saisir du sujet de l’indépendance technologique à bras-le-corps.

De nouvelles perspectives pour l’industrie européenne sont à venir. Le plan présenté récemment par la Commission est divisé en trois grands objectifs nommés Synergies, Spin-offs et Spin-ins. Le premier objectif doit permettre l’optimisation et une meilleure articulation entre les programmes et instruments de l’Union, relatifs à la recherche, au développement et au déploiement. Le deuxième volet, quant à lui, doit faciliter et encourager l’allégation de fonds européens pour la recherche et le développement, plus particulièrement dans les secteurs de la défense et du spatial. Une dynamique qui pourrait avoir des retombées positives dans la société civile. Enfin, le dernier volet tend à faciliter le transfert et l’intégration des recherches civiles dans les projets de coopération européens en matière de défense. 

D’autre part, ce nouveau plan doit permettre à l’Europe de rattraper son retard en matière de technologie des drones, mais aussi assurer le développement des futures technologies de gestion du trafic spatial et de sécurisation des connectivités spatiales. Parallèlement, afin d’encourager les acteurs à se manifester, Margrethe Vestager vice-présidente exécutive de la Commission pour une Europe adaptée à l’ère du numérique, rappelle que le fond européen pour la défense offre de nombreuses solutions afin de maximiser ses synergies entre les trois secteurs et que le plan n'oubliera pas les PME.

L’Union européenne semble donc bien décidée à ne pas rester reléguée derrière la Chine et les États-Unis en matière technologique. Cependant, si ce plan veut aboutir, la coopération entre les pays européens doit être renforcée et protégée afin de ne pas reproduire les erreurs de Gaia-X infiltrée de toutes parts par les GAFAM et BATX. Enfin, le tissu économique devra être analysé et protégé pour ne pas perdre des jeunes pousses particulièrement prometteuses dans les secteurs connexes comme  la cybersécurité.

 

Ugo Viens
 

Pour aller plus loin :