Brève

Les ambitions du port d’Anvers soutenues par les financements verts de l’Union européenne

Le 10 mai 2021 par Paco Martin

Le port d’Anvers acte sa volonté de devenir le premier port d’envergure mondiale à concilier écologie et économie. Une fibre verte que l’Union européenne, dans l’esprit du Green Deal, soutient via des financements sonnants et trébuchants. Un avantage non négligeable pour un port considéré par l’ex-Premier ministre Édouard Philippe comme « premier port de France ».

Le jeudi 6 mai 2021, le port d'Anvers annonçait prendre « la tête de l’écologisation des ports européens » via son statut de coordinateur du Consortium PORTable Innovation Open Network For Efficiency and Emissions Reduction Solutions (PIONEERS). Anvers est la deuxième place portuaire de l'UE en trafic de marchandise et sa fusion en 2022 avec le port de Zeebrugge le rapproche du principal port européen, Rotterdam. L’objectif affiché du programme PIONEERS est d’élaborer des solutions concrètes pour réduire les émissions de CO2, à partir de fin 2021 et pour une période de 5 ans. Ce projet international se compose de 46 partenaires regroupant des représentants de grands ports, des opérateurs de terminaux, des transitaires, des transporteurs, des centres de recherches, des innovateurs et des agences gouvernementales. Parmi les partenaires portuaires de ce projet se trouve le port de Barcelone, le port roumain de Constanta et le port néerlandais de Venlo.

De façon concrète, le consortium PIONEERS met en avant 19 projets touchant à la production et à la livraison d’énergie verte, au développement durable des aménagements portuaires, au transfert modal, à l’optimisation des flux et à la transformation numérique. Le Brussels Times parle notamment de projets comprenant la production d’énergie renouvelable et l’introduction de véhicules fonctionnant à l’électricité, à l’hydrogène et au méthanol ; une optimisation énergétique des infrastructures. Il évoque également des projets comprenant une approche de l’économie circulaire pour les nouvelles constructions ; une avancée dans l’autonomisation et « le déploiement de plateformes numériques pour promouvoir le transfert modal et optimiser la circulation des véhicules, des navires et des conteneurs. »

Pour reprendre les mots du PDG du port d’Anvers Jacques Vandermeiren, « le port d’Anvers a pour ambition d’être le premier port mondial à concilier économie, population et climat. Pour être climatiquement neutres d’ici 2050, nous devons agir maintenant. » Ces mots font échos au communiqué de presse du 28 mai 2020, mettant en avant l’objectif de diminuer d’ici 2030 de moitié les émissions de CO2.

Enfin, le projet PIONEERS recevra une subvention de 25 millions d’euros dans le cadre du programme européen Horizon 2020. Des financements européens qui étaient aussi venus, en octobre 2020, appuyé le projet Antwerp@C, visant à capter et réutiliser le carbone, avec un financement 9 millions d’euros dans le cadre du CEF européen. Le sénateur Michel Vaspart dans son rapport de juillet 2020 alertait sur les « financements européens dont la France ne tire pas assez parti », une difficulté dont son voisin belge ne semble pas souffrir.

Paco Martin

 

 

Pour aller plus loin :