Brève

Pékin et Washington, une accalmie de façade ?

Le 31 mai 2021 par Ugo Viens

Les responsables américain et chinois du commerce extérieur se sont rencontrés jeudi 27 mai 2021, a annoncé le gouvernement chinois. C’est la première rencontre entre les deux grandes puissances depuis le début de la guerre commerciale lancée par Donald Trump il y a trois ans. Cependant, si les deux acteurs semblent s’être apaisés, ils entrent bel et bien dans la seconde étape de l’affrontement qui se joue pour le leadership mondial.

Ce jeudi 27 mai 2021, les représentants de Pékin et Washington ont réalisé leur première discussion virtuelle depuis l’arrivée au pouvoir de Joe Biden. Cet échange était le premier entre Katherine Tai, représentante américaine du commerce, et Liu He, Premier ministre chinois et principal conseiller économique de Xi Jinping, autour du traité de paix commerciale conclu entre les deux pays début janvier 2020. Celui-ci, supposé mettre un terme à la guerre commerciale, contient les revendications américaines en matière d’échange de technologie et de propriété intellectuelle. En outre, il engageait la Chine à augmenter de 200 milliards de dollars ses achats de produits et services américains pour l’année 2020-2021. Cette réunion « étape » permet aux États-Unis de vérifier la bonne application du traité

Cependant, si ce traité laisse entrevoir une accalmie, les protagonistes restent sur leur garde. En effet, les droits de douane de 25% imposés sur certains produits et composants industriels chinois, sous l’administration Trump, restent appliqués. De même, du côté chinois, les mesures de rétorsion sur plus de 100 milliards de dollars d’importations américaines sont toujours en place. 

Par conséquent, les deux pays se préparent déjà à une seconde phase d’affrontement, plus discrètement que par le passé. De son côté, Washington espère contester le leadership chinois dans le secteur des semi-conducteurs grâce à une nouvelle loi de financement de cinquante-deux milliards de dollars. De plus, le Congrès a ouvert une ligne de crédit afin de rattraper le retard sur la 5G grâce à hauteur de 1,5 milliard de dollars. La Maison-Blanche réindustrialise donc le pays pour ne plus dépendre de l’empire du Milieu. De son côté, la Chine investit massivement dans les nouvelles technologies qu’elles soient numériques ou environnementales, et dont la rentabilité est supposée exploser dans un futur proche. Parallèlement, c’est une guerre monétaire qui semble aussi se préparer. Dans ce cadre-là, les États-Unis ont choisi la stratégie du plan de relance, avec un plan de 1 900 milliards en 2021, dans l’espoir de relancer l’inflation et la consommation. La Chine, elle, se lance sa propre monnaie digitale et continue à s’émanciper lentement mais sûrement du dollar. 

Les 5 prochaines années risquent bien de voir une accélération et une diversification des modes d’affrontement économique entre la Chine et les États-Unis. L’Europe doit s’y préparer : un tel affrontement risque en effet de rebattre de nombreuses cartes. Il est donc dans son intérêt d’effectuer rapidement un choix stratégique quant à sa position dans cet affrontement.  

 

Ugo Viens

 

Pour aller plus loin :